Chers Amis,

Je vous souhaite d’abord à tous un Joyeux Noël et une Bonne année 2018. Profitez de ces moments en famille et rapprochez-vous de ceux qui sont seuls.

L’année qui vient et 2019 seront des années importantes pour notre parti et le pays. Nous nous présenterons d’abord aux communales dans de nombreuses villes et villages. Le but : obtenir de nombreux conseillers communaux et entrer çà et là dans des majorités. Apporter du bon sens, de la rigueur et une proximité avec les citoyens, comme le font déjà nos conseillers communaux à Verviers et Frameries, Bruno Berrendorf et Ruddy Waselynck, ainsi que nos conseillers CPAS.

Surtout, il nous faut préparer les importants scrutins de 2019 : régional, fédéral et européen. Pour peser sur les politiques à venir, nous devons obtenir suffisamment de députés. Si la Belgique, la Wallonie et Bruxelles, veulent un vrai virage vers le bon sens, ce sera avec notre mouvement. Il est plus que probable que le gouvernement fédéral actuel n’aura plus de majorité sans l’apport de députés PP. Il en sera de même en Wallonie, face à un front de gauche qui se dessine. Nous aurons sans doute un rôle majeur à jouer.

Nous sommes en effet le seul parti francophone à promouvoir clairement :

La limitation de l’immigration ;
La réduction des impôts ;
La suppression de tout ce qui est inutile (sénat, provinces, intercommunales, ministres et parlementaires excédentaires, …)
Le rétablissement de la sécurité par une politique de tolérance zéro ;
Le non-retour des djihadistes
Une école de qualité et de l’effort ;
Une politique énergétique de bon sens, avec la prolongation des centrales nucléaires pour éviter le black-out

Le Parti Populaire est le seul à pouvoir apporter ce changement radical. Pour cela, les citoyens qui votaient ou militaient pour d’autres partis démocratiques, sont aussi les bienvenus. Chacun apporte son expérience, et chaque expérience est utile, au vu de l’immensité de la tâche qui nous attend. C’est en rassemblant et non en excluant que l’on obtiendra un maximum de votes, et de l’influence sur le cours des choses. Au passage, les membres d’autres partis, dans une société démocratique ne sont pas nos ennemis. Ce sont des adversaires dont nous combattons les idées résolument, mais qui demeurent nos concitoyens.

Nous sommes le seul parti de droite avec une organisation, des moyens, et un média (www.lepeuple.be). C’est pour cela que nous sommes attaqués et que les tentatives de déstabilisation sont menées contre nous régulièrement. Elles sont vouées à l’échec car nous sommes solides et déterminés.

Je compte sur vous et je remercie tous ceux qui nous ont fait confiance jusqu’à aujourd’hui et tous ceux qui œuvrent avec dévouement au sein de notre parti.

Par ailleurs, un parti politique n’est pas un club de pétanque ou un défouloir. Il implique de la détermination et une action à long terme, de l’énergie pour avancer chaque jour et de la retenue. Ceux qui croient qu’étaler leur état d’âme, leurs frustrations, leurs critiques perpétuelles contre certains cadres, d’autres militants ou le parti, apporte quoi que ce soit, se trompent lourdement. La seule préoccupation de vrais militants devrait être de convaincre un maximum de citoyens de la pertinence de nos analyses et de notre capacité à faire changer les choses.

Ceux qui se complaisent dans des invectives n’ont dès lors pas leur place dans notre mouvement. Je les invite à le quitter et faire autre chose de leur vie. Être membre du PP, doit être un privilège et un honneur réservé à ceux qui veulent servir la société et se battre pour notre futur et celui de nos enfants. Dès la rentrée de 2018, je proposerai en conséquence au bureau politique des mesures contre les quelques égarés qui sèment la division et n’auraient pas fait un pas de côté d’eux-mêmes. Ils se reconnaitront. Nous sommes maintenant 3.500 membres et cela requiert de la discipline et du self control. Je ne m’appuierai que sur les cadres et militants responsables pour monter aux élections dans l’année à venir. S’il y a des critiques constructives, elles peuvent légitimement s’exprimer dans le cadre de nos instances (réunion locales, conseil général, congrès, …), mais dans le respect de tous.

J’ai aussi lu récemment quelques critiques contre notre député, Aldo Carcaci, suite au vote sur l’immunité parlementaire de M. Mathot. Aldo a en effet voté (voici deux ans) contre la levée d’immunité, alors qu’il n’avait aucun accès au dossier lui-même, sur la base d’un rapport présenté par un rapporteur N-VA estimant qu’il y a eu de graves lacunes dans la manière dont était conduite l’enquête. La procédure était en cause, pas le fonds, ni l’éventuelle culpabilité de M. Mathot.

Le rejet de la levée d’immunité a été acquis à une large majorité – dont de nombreux parlementaires de la droite flamande qu’on ne pouvait suspecter de sympathie pour le PS ou M. Mathot -. Un vote différent d’Aldo Carcaci n’aurait rien changé au résultat ! Je suis le témoin, au jour le jour, de l’action d’Aldo Carcaci, les longues heures passées chaque jour et souvent les nuits sur le terrain et au parlement où il nous représente et défend nos idées, seul face à 149 autres parlementaires. Notre député a tout mon soutien ainsi que celui du Bureau politique.

Enfin, et comme je le répète régulièrement, notre mouvement est ouvert à tous, qu’elle que soit notre origine, notre couleur, notre race ou notre religion, si on partage les objectifs du parti et les valeurs de notre société. Jamais, nous ne tolèrerons le moindre relent de racisme, d’antisémitisme ou de rejet de l’autre sur base de la race, de la couleur ou de la religion. Je serai intransigeant dans notre combat contre les wahhabites, les salafistes ou les frères musulmans qui minent notre société. Nous ferons tout pour ne pas laisser revenir les « returnees » et expulser les prêcheurs de haine. Nous expulserons ceux qui présentent un risque pour notre sécurité.

Mais nous respecterons les Musulmans libres qui partagent nos valeurs et qui veulent se rapprocher de nous ou sont prêts à nous appuyer dans ce combat. C’est notamment le cas de ceux qui se réclament du soufisme et sont justement persécutés par les extrémistes. Ils connaissent souvent mieux que nous les ennemis de nos valeurs et de notre société. Ils veulent nous appuyer dans notre combat et nous devons en tenir compte.

A très bientôt,

Mischaël Modrikamen

Président du Parti Populaire

Share This