FAQ

Quelle est l’idéologie du Parti Populaire ?

Le Parti Populaire ne s’enferme dans aucun dogme figé. Nous préférons le bon sens tiré de l’expérience et des réalités quotidiennes vécues par le citoyen.

Cependant, la philosophie politique dans laquelle nous nous retrouvons le plus est la pensée libérale-conservatrice, dont la devise serait : « réformer ce qu’il faut, conserver ce qui vaut ».

Le Parti Populaire est-il d’extrême-droite ?

Non.

Dans ses statuts, le Parti Populaire se réfère aux valeurs et aux principes énoncés par la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme. En tant que parti démocratique, nous défendons le régime parlementaire, les droits individuels et les libertés fondamentales.

Historiquement, le terme « extrême-droite » regroupe des mouvements politiques défaits à l’issue de la Seconde Guerre mondiale et hostiles aux principes de la démocratie libérale (fascismes, national-socialisme). Ces trente dernières années, plusieurs intellectuels, journalistes et politiciens ont étendu ce terme pour y inclure les politiques critiques du multiculturalisme, et de la sorte tenter de les disqualifier.

S’il arrive que le Parti Populaire soit étiqueté d’extrême-droite, surtout par des gauchistes, c’est parce que nous sommes le seul parti démocratique à défendre la culture majoritaire des citoyens contre les ravages du multiculturalisme et de l’immigration de masse. Pourtant, sur ce point nous rejoignons les aspirations légitimes de la majorité des Belges. Alors, tous fascistes les Belges ?

Le Parti Populaire est-il populiste ?

Oui. Mais pas seulement (cf. : Quelle est l’idéologie du Parti Populaire ?)

Au XIXe siècle, le parti des agriculteurs américains et les mouvements agrariens russes s’appelaient eux-mêmes « populistes ». Aujourd’hui, « populiste » est plutôt une étiquette péjorative collée par les bien-pensants à tous ceux qui osent nager à contre-courant.

Derrière son mince vernis de crédibilité académique et médiatique, le terme « populisme » peine à mettre tous les spécialistes d’accord sur une définition. On peut toutefois dégager quelques traits communs aux mouvements qualifiés de populistes : la critique des élites, et la défense des frontières et de l’enracinement culturel des citoyens.

Le Parti Populaire se reconnaît en partie dans cette définition. Oui, nous voulons forcer les élites politiques à rendre compte de leurs actes. Oui, nous ne voulons pas laisser rentrer n’importe qui dans le pays. Oui, nous voulons préserver nos racines culturelles communes.

Nous sommes donc populistes, sans être démagogues. Contrairement aux partis traditionnels, qui trop souvent préfèrent les flatteries électorales aux vérités dures à entendre.

Immigration : le Parti Populaire est-il raciste ?

Non.

Tous les citoyens âgés de plus de 16 ans sont libres d’adhérer au Parti Populaire ou de s’en faire membre, et de s’y impliquer, quelle que soit leur couleur de peau ou leur origine ethnique. En interne, nous ne tolérons aucune discrimination raciale. Les responsables de nos pages Facebook, arrondissement, et sections locales signent une charte dans laquelle ils s’engagent à la vigilance face aux propos haineux, racistes ou antisémites. En politique, seules les valeurs comptent.

Un contrôle plus strict de l’immigration vise à préserver la cohésion sociale du pays, pas une prétendue pureté raciale. Les immigrés qui s’installent chez nous doivent respecter nos lois et nos coutumes, parler au moins une des langues nationales, contribuer à notre prospérité et prendre part à notre mémoire collective. L’immigration illégale et massive rend impossible le respect de ces conditions.

Islam : le Parti Populaire est-il islamophobe ?

Comme une majorité des Belges (60%), nos membres s’inquiètent de la montée de l’Islam sans pour autant rejeter tous les musulmans.

Le Parti Populaire souscrit à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme qui consacre la liberté de culte (cf. : Le Parti Populaire est-il d’extrême-droite ?) Cependant, force est de constater que l’Islam n’est pas seulement une religion, mais est aussi une doctrine politique et juridique contraire sur bien des points à nos principes démocratiques. Rien qu’en 2017, 2036 attentats ont été commis en son nom de par le monde.

L’inquiétude des Belges vis-à-vis de l’Islam est donc légitime, même si elle ne justifie pas n’importe quelle mesure politique. Au Parti Populaire, nous acceptons le culte musulman – qui est reconnu par la Loi – à condition de refuser la loi islamique (Charia) – qui est contraire à la Convention européenne des droits de l’homme. Nous voulons donc imposer une charte aux associations cultuelles et culturelles islamiques, interdire tout financement en provenance de l’étranger et faire taire les prêcheurs de haine.

Les citoyens musulmans qui partagent nos valeurs (et il y en a) sont donc les bienvenus.

Multiculturalisme : le Parti Populaire est-il intolérant ?

Non.

Pour coexister paisiblement, les citoyens doivent partager des valeurs, des croyances et des habitudes collectives. Ça ne veut pas dire non plus qu’ils doivent tous être parfaitement identiques. La diversité culturelle peut nous enrichir ou – passé un certain seuil – nous appauvrir. Entre les deux extrêmes d’un refus total et d’une acceptation sans borne, il faut placer le curseur en vue de préserver le lien social.

Les Belges de tradition judéo-chrétienne veulent rester culturellement majoritaires dans leur pays. Le Parti Populaire est le seul parti démocratique à prendre cette revendication au sérieux. Les citoyens qui partagent cette conviction, qu’ils soient « de souche » ou issus de la diversité, sont tous les bienvenus.

Le Parti Populaire est-il sexiste ?

Non.

Au contraire, nous pensons que tous les citoyens ont le droit de s’épanouir, quel que soit leur sexe. Nous ne voulons pas de parité artificielle et forcée, pas davantage de machisme. Nous voulons vivre dans une société fondée sur le mérite personnel et la liberté de choix.

Nous prônons l’égalité entre les sexes, pas leur identité. C’est la raison pour laquelle nous refusons de baser nos politiques sur les théories du genre qui, de l’aveu même de leurs partisans, ne sont pas scientifiquement fondées. Les hommes ne sont pas des femmes et inversement, bien qu’il existe de rares exceptions biologiques, que nous acceptons et respectons.

Pour soutenir les jeunes femmes engagées dans la vie active, le Parti Populaire veut leur permettre de maintenir 80% de leur rémunération, avec plafond de 1.000 € nets, durant un congé maternel de 18 mois, avec des garanties de reprise de leur carrière professionnelle. En général, ce sont les jeunes mères qui consacrent le plus de temps aux nouveau-nés. Cela ne devrait pas se faire au détriment de leur carrière.

Le Parti Populaire est ouvert aux femmes et attentif à leurs droits et préoccupations.

Le Parti Populaire est-il homophobe ?

Non.

Libéral-conservateur ne veut pas dire « réactionnaire ». Beaucoup de nos membres défendent le modèle familial « traditionnel » et expriment leur réticence face à certains changements sociétaux (y compris l’adoption par les couples homosexuels). On n’est d’accord ou pas, mais ces opinions sont dictées par une préoccupation sincère pour le bien commun, pas par la haine ou le rejet de la différence.

Au Parti Populaire, nous pensons que la Loi est la même pour tous, et que les personnes homosexuelles sont des membres à part entière de nos communautés. D’ailleurs, la sauvegarde des droits des personnes homosexuelles est un motif récurrent de notre opposition à l’Islam radical.

Quelles sont les règles éthiques, déontologiques et de bonne gouvernance du Parti Populaire ?

Comme toute fondation légalement constituée, le Parti Populaire nomme un conseil d’administration, qui est le bureau politique du parti. Ce conseil d’administration se charge de la gestion journalière, dans le respect des obligations légales et comptables. Les actes et les documents officiels de la fondation populaire sont publiés sur le site du Moniteur Belge.

Conformément à l’article 12 de nos statuts, les administrateurs sont tenus de signaler tout intérêt patrimonial susceptible de rentrer en conflit avec une décision discutée au bureau politique. En cas de conflit d’intérêt, les administrateurs ne pourront donc pas délibérer et voter au sujet de cette décision.

Un comité de déontologie et d’éthique élu tous les quatre ans par les membres veille au respect et à l’application des valeurs et des statuts du Parti Populaire. Ce comité fait rapport à la demande du bureau politique ou du président sur tout comportement personnel ou toute question d’ordre déontologique ou éthique, qu’elle soit générale ou propre à un adhérent, un membre ou un responsable.

Le Parti Populaire ne passe jamais dans les médias. Pourquoi ?

Il n’y a pas qu’une seule explication, mais la principale raison est le manque de pluralisme des médias en Wallonie-Bruxelles.

Selon une étude de 2013 commanditée par l’AJP (l’Associations des Journalistes Professionnels), l’écrasante majorité des journalistes penchent politiquement à gauche et au centre (73%). Si certains d’entre eux font passer leur éthique professionnelle avant leurs convictions politiques, ils sont encore trop nombreux à céder à leurs biais idéologiques. Le parti pris des journalistes se manifeste dans le choix et le cadrage des sujets, et dans l’absence de débats de fond.

Pourtant, en Communauté Française, la Loi oblige les groupes audiovisuels, publics comme privés, à rendre compte de la diversité des opinions. Par le passé, le Parti Populaire a déjà lancé une assignation en référé contre la RTBF. Le 24 septembre 2012, cette dernière fut condamnée par une ordonnance cinglante l’enjoignant à respecter son obligation de pluralisme politique. Ce qu’elle ne fit jamais, faute d’astreintes assortissant cette ordonnance.

En octobre 2017, le Parti Populaire a donc décidé d’assigner RTL et – pour la seconde fois – la RTBF, cette fois-ci avec la ferme attention d’obliger les deux groupes audiovisuels à couvrir ses évènements et à inviter ses représentants, notamment aux débats politiques et préélectoraux. Les citoyens ont droit à une information complète et équilibrée.

La presse écrite ne doit pas satisfaire à la même obligation de pluralisme politique. Toutefois, c’est ce principe qui est invoqué pour justifier les nombreuses aides dont elle bénéficie : subventions directes, publicité institutionnelle, aides au transport postal, remboursement de la TVA, etc. Chaque année, les citoyens payent sans le savoir plusieurs centaines de millions d’euros pour une presse qui ne reflète pas la diversité de leurs opinions et de leurs préoccupations.

Le Parti Populaire respecte la liberté de la presse, mais aussi la liberté du citoyen de financer les sources d’information de son choix. C’est la raison pour laquelle nous proposons d’abolir les différentes aides à la presse.

Comment puis-je m’impliquer les activités du Parti Populaire

En adhérant ou en devenant membre du Parti Populaire ! (Cf. : Comment et pourquoi adhérer ou devenir membre du Parti Populaire ?)

Dès que vous nous avez rejoint, vous êtes invité à nos évènements et informé de nos activités via notre newsletter. Votre responsable local vous contactera pour faire votre connaissance et organiser des activités dans votre commune. Si vous êtes motivé, vous pourrez ensuite vous présenter sur une de nos listes en vue des élections.

L’activisme politique est une expérience humaine enrichissante, qui ne doit pas diviser les gens mais les rapprocher. C’est l’occasion de discuter des problèmes de votre communauté, de chercher des solutions, d’exprimer vos opinions et de faire valoir vos droits et vos compétences de citoyen.

Le seul prérequis pour militer dans notre parti, c’est d’être courtois et de connaître nos valeurs et nos idées. Tout le monde est le bienvenu !

Pourquoi et comment adhérer ou devenir membre du Parti Populaire ?

Adhérer au Parti Populaire ou en devenir membre, c’est rejoindre une communauté de citoyens qui partagent vos valeurs, vos indignations et vos espoirs. C’est l’occasion de vous investir dans la vie associative et politique de votre commune, et de participer au redressement du pays.

Toute personne âgée de 16 ans au moins peut adhérer gratuitement au Parti Populaire. Les adhérents sont tenus informés des activités du Parti Populaire et invités à nos différents évènements.

A partir de 5 €, un adhérent peut devenir membre, et obtenir ainsi sa carte de membre, un cadeau exclusif et le droit de vote au Congrès du parti, qui se réunit au moins une fois par an.

Comment faire un don au Parti Populaire ?

Vous pouvez nous faire un don facilement et rapidement sur notre compte Paypal avec Visa ou MasterCard. Cet argent sert uniquement à financer les activités du parti.

Où trouver des goodies (pin’s, T-shirts etc.) du Parti Populaire ?

Vous pouvez acheter des T-shirts, des polos, des casquettes et des pin’s Parti Populaire à des prix abordables sur notre boutique. L’argent servira à financer les activités du parti.

Qui est Mischaël Modrikamen ?

Mischaël Modrikamen a fondé en 2009 le Parti Populaire dont il est le président. Le Parti Populaire est un mouvement citoyen qui vise à redresser la Wallonie et Bruxelles, en leur redonnant fierté et dignité. Dès sa création, le Parti Populaire a obtenu ses premiers députés.

Avocat, Mischaël Modrikamen est considéré comme un des meilleurs plaideurs du pays. Il a consacré les 20 premières années de sa vie professionnelle à nombre de causes célèbres, surtout en défendant les petits épargnants contre les banques et groupes financiers ou industriels. Il a aussi plaidé nombre d’affaires complexes tant en Belgique que dans le cadre d’arbitrages internationaux. Il intervient aussi comme conseil et négociateur lors de cessions ou restructurations d’entreprises ou de leur actionnariat.

Homme de média, il est également l’éditeur du quotidien en ligne Le Peuple, premier quotidien d’opinion digital en Belgique. Le Peuple est le plus vieux titre de la presse belge qu’il a relancé.

Pour en savoir plus sur ses convictions et son histoire, cliquez ici.


+32 2 830 30 14


info@partipopulaire.be


Fondation Populaire
Av. du Houx, 42 - 1170 Bruxelles

En savoir plus
Le président | Sections locales | Bureau politique

Nous soutenir
Faire un don | Boutique | Adhérer

Fondation Populaire

 +32 2 830 30 14

 info@partipopulaire.be

 Av. du Houx, 42 - 1170 Bruxelles


Share This