Le Président Trump a décidé de mettre fin à la participation des Etats-Unis d’Amérique au Pacte mondial sur l’immigration. Le Parti Populaire pense que la Belgique devrait en profiter pour récupérer sa souveraineté.

Ce lundi 4 décembre, les délégations nationales se rendent à Puerto Vallarca (Mexique) pour une réunion préparatoire de trois jours organisée par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. La délégation américaine brille par son absence. A l’instigation du Président Trump, les Etats-Unis se désengage du Pacte mondial sur la migration, peu après leur retrait de l’Accord de Paris et de l’UNESCO.

Qu’est-ce que le Pacte mondial sur la migration ?

En septembre 2016, les Etats Membres ont adopté la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants. Cette déclaration politique constitue la première étape dans l’élaboration d’un Pacte mondial sur la migration, sensé renforcer la coopération internationale pour des migrations « sûres, ordonnées et régulières ». Après plusieurs consultations, le Pacte sera présenté devant l’Assemblée générale fin de l’année prochaine.

Une atteinte à la souveraineté nationale

Si l’on ne peut prédire avec exactitude le contenu de ce Pacte, on peut en revanche prédire qu’il empiètera sur notre souveraineté nationale. C’est au peuple belge qu’il appartient de décider qui peut ou pas rentrer sur le territoire belge. Le retrait des Américains amoindrit le coût diplomatique d’un retrait de n’importe quel autre Etat Membre. Le Parti Populaire considère que c’est une opportunité à saisir pour la Belgique.

Share This