La fermeture du viaduc bruxellois Hermann-Debroux témoigne de l’incurie du gouvernement bruxellois. Négligence des infrastructures routières, multiplication des pistes cyclables sous-utilisées, réduction des bandes automobiles, piétonnisation à outrance : l’idéologie anti-voiture du gouvernement bruxellois nous coûte notre argent et notre sécurité.

Rappellons qu’à Bruxelles un emploi sur deux est occupé par un navetteur et que la voiture est après le train le mode de transport le plus utilisé pour rejoindre le travail. Il est donc plus que temps pour le gouvernement bruxellois de tenir compte des navetteurs dans ses politiques de mobilité. Sans eux, l’économie locale s’effondrerait.

Le Parti Populaire propose de refluidifier la circulation en retirant les entraves inutiles, de renoncer aux politiques de piétonnisation forcée, d’investir dans l’entretien des voies publiques, de rendre les transports publics plus compétitifs et d’encourager les services de partage de voitures avec un cadre réglementaire adapté.

Share This