Ce vendredi, les députés bruxellois voteront en séance plénière une ordonnance autorisant les “faux CV” pour prétendument lutter contre la discrimination à l’embauche. Le Parti Populaire dénonce une mesure discriminatoire et liberticide qui pénalisera à la fois les employeurs, les employés et les chercheurs d’emploi.

Dès janvier, l’ordonnance permettra aux inspecteurs d’user de deux procédés pour débusquer les entreprises prétendument “discriminantes”. Le premier procédé consiste à envoyer aux employeurs deux faux CV aux compétences identiques mais contenant un élément variable : le sexe, l’origine, l’âge, un handicap etc. Le second procédé consiste à se faire passer pour un client auprès d’une entreprise pour vérifier qu’elle n’accepte pas de demande discriminante. Si l’employeur échoue au test, il peut écoper d’une amende allant jusqu’à 49.600 euros ou même d’une peine de prison de maximum un an.

Des mesures discriminatoires…

À compétences égales, une entreprise devrait-elle préférer une étrangère handicapée et âgée à un jeune homme belge et bien-portant ? L’absurdité de la question témoigne du non-sens de cette ordonnance. Il est inadmissible de combattre les discriminations supposées des entreprises en leur imposant d’autres discriminations.

… et contreproductives

Ces politiques réussiront-elles au moins à améliorer le sort des demandeurs d’emploi prétendument discriminés ? À en croire les résultats mitigés des lois similaires aux États-Unis, leur situation pourrait au contraire s’aggraver. Pour contourner ces lois, les employeurs évitent de publier les offres d’emplois et recrutent au sein de leur réseau. Or, les personnes qui manquent d’éducation et de formation se retrouvent très rarement dans ces réseaux.

Le Parti Populaire veut un débat de fond sur le chômage à Bruxelles

En 2012, le taux de chômage s’élevait à 30% chez les Bruxellois d’origine maghrébine contre 10% chez ceux d’origine belge. Cette ordonnance permet au gouvernement de ne pas s’attaquer aux causes véritables du chômage au sein de cette population : le manque de compétences professionnelles et linguistiques, les problèmes de comportement de certains et l’effet dissuasif des aides sociales généreuses sur la motivation des chercheurs d’emploi.

Le Parti Populaire dénonce cette ordonnance qui stigmatise les entreprises, les hommes, les blancs et les bien-portants, et exige de vraies réformes pour stimuler l’emploi à Bruxelles.

Share This