Ce mardi 17 octobre à 19h, le Cercle des Etudiants Libéraux de l’ULB (CEL ULB) devait organiser un débat sur la légalisation du cannabis. L’évènement a été annulé après un appel des étudiants du COMAC ULB (la jeunesse du PTB) à bloquer l’auditoire et le refus d’un orateur de débattre avec Jérôme Munier, membre du Parti Populaire (PP).

Le débat devait opposer Mathieu Bihet (Président des Jeunes MR) et Julien Uyttendaele (député socialiste du parlement de la Région de Bruxelles-Capitale) à Jérôme Munier, Responsable de Bruxelles au Parti Populaire (PP) sur la question de la légalisation du cannabis.

Ce Lundi 16 octobre, vers 11h, l’Union Syndicale Etudiante – une section membre des Jeunes FGTB – publiait une lettre ouverte à l’attention des organisateurs de l’évènement pour exprimer son opposition ferme à la venue de Jérôme Munier. En réponse, le Cercle des Etudiants Libéraux publiait sur la page Facebook de l’évènement un communiqué pour rappeler qu’en tant que parti démocratique reconnu, le Parti Populaire avait le droit de prendre part à un débat public.

Plus tard dans la journée, le COMAC ULB postait sur sa page Facebook une invitation à bloquer l’auditoire prévu pour l’évènement.

Peu après, le député socialiste Julien Uyttendaele annonçait qu’il refusait de débattre avec Jérôme Munier.

Craignant des débordements, la Présidente du CEL ULB a donc été contrainte d’annuler l’évènement.

Le Parti Populaire déplore une atteinte à la liberté d’expression dans ce qui devrait être un lieu de débat et de sens critique.

Le Parti Populaire dénonce d’une part le recours à l’intimidation par les étudiants du COMAC et d’autre part la décision de Julien Uyttendaele qui en refusant de débattre cautionne cet appel à la censure.

Le Parti Populaire appelle également le recteur de l’ULB à prendre des responsabilités et à condamner ces dérives.

Enfin, le Parti Populaire s’engage à défendre la démocratie et la liberté d’expression partout, dans nos établissements académiques comme dans le reste de la société. Ce ne sont pas des excités d’extrême gauche qui devraient décider de qui peut débattre ou non.

Share This