Communiqué | 6 juin 2013

Le monde politique vient de donner le coup d’envoi d’une réforme de la fonction monarchique, en commençant par son financement. 

Les partis au pouvoir justifient les mesures par la nécessaire transparence des dépenses publiques (contrôle de la Cour des comptes) et l’égalité des citoyens (taxation des revenus et soumission aux impôts indirects des membres de la famille royale. La réduction des dotations, dont celle de la reine Fabiola, s’inscrit quant à elle dans un cadre de réduction des dépenses publiques.

Le PP approuve ces mesures qui mettent fin à des privilèges d’un autre temps.

Toutefois, le PP – et nombre de citoyens- voudraient surtout savoir quand les partis traditionnels vont enfin appliquer des objectifs similaires aux dépenses publiques qui sont leur chasse gardée.

Songeons aux plantureuses dotations aux partis politiques, à nos 62 ministres, 5000 attachés de cabinet, 600 parlementaires,  à la multiplication des intercommunales et des sociétés publiques ou encore au maintien injustifié du sénat, des provinces, des communautés, des COCOF, COCON, etc…

La réduction de la dotation monarchique est une goutte d’eau dans l’océan de nos dépenses. La suppression des institutions inutiles permetrait quant à elle d’économiser des milliards d’euros.  

Le Parti Populaire en fera une priorité.  

  

Share This