De plus en plus d’écoles effacent la croix de la mitre de Saint Nicolas pour ne pas heurter la sensibilité des élèves de convictions différentes. Pour le Parti Populaire, la suppression des symboles chrétiens contribue au contraire à confisquer aux enfants leur Histoire.

Jeudi, le concours de dessin de Solidaris suscitait la polémique : la mutualité socialiste avait retiré la croix du Saint Nicolas à colorier afin « de n’exclure aucun enfant ». Après l’inculpation médiatique de père Fouettard, jugé pour racisme, voici Saint-Nicolas accusé de discrimination religieuse. Sudpresse rapporte que de plus en plus d’écoles décident de supprimer la croix du Saint pour cette raison.

Ce procès n’est pas juste. Dans le club de sport, en salle de classe ou au centre commercial, Saint Nicolas a toujours accueilli tous les enfants, quels qu’ils soient, sans chercher à les convertir. Comme son titre l’indique, Saint Nicolas est un saint, catholique et orthodoxe ; c’est la raison historique pour laquelle il affiche une croix sur sa mitre. Faudrait-il le renommer « Nicolas » tout court pour satisfaire les fanatiques de la laïcité ?

En supprimant les symboles chrétiens de nos espaces publiques et de nos traditions, nous n’aidons pas les enfants de convictions différentes à mieux s’insérer dans la société. C’est l’exact contraire qui se produit : nous créons des générations amnésiques, sans passé donc sans futur. Dans le respect de la liberté de culte de chacun, le Parti Populaire prône la transmission de notre Histoire, partout et surtout à l’école.

Share This