Lutgen a été catégorique :  “S’il y a un négationniste au sein du cdH, il est dehors dans la seconde !” Voilà ce qu’il avait asséné dans la prolongation des nombreux épisodes houleux liés à la difficile reconnaissance du génocide arménien par les élus d’origine turque. Pour vérifier la consistance de cette assertion, les caméras de RTL avaient tenté de recueillir le sentiment sur la question de la députée régionale Ozdemir. Sans succès! Le génocide arménien semblait l’avoir rendue malade. C’est en tout cas ce que laissait penser l’avis médical qu‘elle avait avancé pour se dérober aux caméras de RTL. Rebelote le soir même, où au Conseil communal de Schaerbeek, la députée réputée souffrante, avait néanmoins réussi à prendre ses jambes à son cou pour fuir une fois de plus cette minute télévisée proposée par nos confrères. Ce fut la faute de trop…ozdemir1

L’heure de vérité!

Le Parti Populaire salue cet acte de courage politique du nouveau président du cdH, un réel sacrifice de nature à rendre la dignité perdue de son parti et de l’ensemble de la sphère politique qui voudrait lui emboîter le pas. C’est une décision importante sur l’évolution du paysage politique du pays, l’un des rares à reconnaître le droit de vote aux étrangers hors UE introduit à l’époque par le libéral Louis Michel.

A un autre niveau, se pose la question de l’avenir politique d’un attrape-voix comme Ozdemir qui, maintenant plus que jamais, ferait converger l’ensemble des votes communautaristes turcs sur sa personne si elle se présentait sur une liste. Quand on voit le nombre d’appuis qu’elle obtient sur la toile de la part d’élus de différents partis qu’ils soient issus de la communauté turque et même de la communauté marocaine, il semble bien que nous soyons passés aujourd’hui dans une autre dimension. Ces témoignages de soutien qui relèvent presque de la solidarité tribale font office de coming out.

Ils sèment la division au sein de la société belge et sont de nature à remettre en question le concept de vote ethnique, une pratique dont le Parti Populaire a toujours dénoncé les effets pervers. Aujourd’hui, tous les partis qui ont mangé de ce pain-là font face aussi à leur heure de vérité…

T.H.

Share This