Aurait-on pu éviter la mort de Louise ? Le Parti Populaire répond par l’affirmative.

En février 2015, Louise Lavergne s’était présentée à la police de Liège pour dénoncer le comportement exhibitionniste et inquiétant de son voisin, Patrick Vanderlinden. Deux ans plus tard, celui-ci s’introduit dans son domicile et la poignarde à mort. C’était ce dimanche, et nous avons appris hier que Monsieur Vanderlinderen avait déjà été condamné à deux reprises pour viol et était sous libération conditionnelle.

La mauvaise administration tue

Les autorités évoquent la piste d’un couac administratif. La police aurait dû remplir un procès verbal après le témoignage de Louise mais la fiche d’information de Monsieur Vanderlinden n’était peut-être pas complète. Rappelons que les policiers passent 42% de leur temps à des tâches administratives. C’est du non-sens. Les policiers doivent être sur le terrain et l’administration doit être affectée à des gens uniquement dédiés à cette tâche.

Le laxisme judiciaire tue

La moitié des condamnés sont étrangers. Pour désengorger nos prisons, il faudrait les envoyer purger leur peine dans leur pays d’origine et les empêcher de revenir en Belgique. Le Parti Populaire est favorable aux peines incompressibles dans les cas de récidive, notamment pour les délinquants sexuels et violents. Ces mesures devraient permettre de protéger les victimes innocentes comme Louise.

Share This