Communiqué | 15 mai 2013

Lors des débats dominicaux de ce dimanche, un journaliste de la RTBF, M Messoudi, a mis en cause l’exactitude des chiffres avancés par M Modrikamen lors du précédent débat quant au taux de délinquants issus de l’immigration dans nos prisons.

Le PP confirme pleinement les chiffres avancés par son président.

Aujourd’hui, un peu moins de 50 % des détenus dans les prisons belges n’ont pas la nationalité belge, selon les statistiques officielles.

La loi interdit par contre à l’administration de tenir des statistiques sur l’origine ethnique pour les autres 50 % de détenus qui ont effectivement la nationalité belge. 

Cette interdiction de tenir des statistiques masque pourtant une seconde réalité : Sur les 50 % de détenus de nationalité belge, plus de la moitié ont en réalité la double nationalité et/ou sont directement issus de l’immigration. Ils ont acquis la nationalité en raison de leur naissance sur notre sol bien que nés de parents étrangers ou par naturalisation accélérée (“snelbelg wet”). Dans la plupart des cas, ils ont conservé également leur nationalité d’origine !

De nombreux indices attestent de cette réalité. La consultation systématique des feuilles de rôles des chambres du conseil et des tribunaux correctionnels du pays est édifiante, même si des disparités régionales existent (Bruxelles n’est pas Arlon !). Des pénalistes éminents qui fréquentent quotidiennement ces tribunaux l’ont confirmé dans des interviews qui ont fait grand bruit à l’époque.

Enfin, autre indice marquant. Comme le rappelait le député Ducarme dans une récente interview à la DH, 70 % des repas servis dans les prisons du pays sont hallal, ce qui indique une surreprésentation des détenus de confession musulmane dans nos prisons (puisqu’ils ne représenteraient que 10 % de la population totale du Royaume), qu’ils soient étrangers issus de pays musulmans ou qu’ils soient de nationalité belge mais issus de l’immigration et possédant presque toujours une double nationalité (belgo-marocaine, belgo-turque, belgo-algérienne, etc…).

Quelques cas de convertis, belges de souche, qui mangent aussi hallal ne sont bien entendu pas à exclure.   

Casser le thermomètre ne fera jamais tomber la fièvre !  

Le PP ne peut que dénoncer à nouveau, le politiquement correct, qui tente de masquer certaines réalités. Sans leur prise en compte, aucune politique appropriée ne peut être mise en oeuvre dans le respect du droit.   

   

Share This