Prison 2Le secrétaire d’Etat à l’Asile, Théo Francken (NVA), rompt avec le laxisme qui a prévalu jusqu’ici en matière d’accueil des réfugiés en Belgique, depuis de décennies. De façon cohérente, il choisit de s’attaquer de front au problème des réfugiés coupables de crime ou de nature à représenter une menace pour notre pays. Jusqu’ici, ils n’étaient guère réellement inquiétés. Aldo Carcaci, député du Parti Populaire avait déjà posé, en mai, une question au ministre de la Justice au sujet du coût des criminels illégaux détenus dans les prisons belges. Il semble bien que le Parti Populaire ne prêche pas dans le désert…

Accorder le droit d’asile n’est pas un acte anodin ou en tout cas, il ne devrait pas l’être. C’est la main tendue d’un Etat, d’une collectivité à ceux qui fuient parfois les pires atrocités. C’est aussi un sacrifice consenti par le pays hôte. C’est pourquoi, la législation encadrait déjà le droit d’asile en prévoyant la perte du statut de réfugié pour ceux qui se seraient montrés coupables de crime de guerre ou de crime contre l’humanité. Même déchéance prévue pour ceux qui auraient feint les menaces justifiant un tel statut. Mais, avouons-le, en l’état, ces filtres n’étaient guère efficaces car ils n’ont pas réussi à priver de nombreux criminels illégaux des largesses de la Belgique.

C’était la conclusion à laquelle était arrivé Aldo Carcaci et ce qui l’a amené à interpeller le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), sur le coût engendré par les 3.280 criminels illégaux détenus dans les prisons belges, aux frais du contribuable. Aucune politique ne peut faire fi du coût qu’elle engendre, a fortiori en période de crise. Comme nous le révélions déjà dans notre édition du 18 mai, sachant qu’un détenu représente à lui seul une dépense de 200€ par jour, l’ardoise s’élève chaque jour à 656.000€ pour accueillir les criminels en séjour illégal… Soit 240 millions par an!

Est-il normal et souhaitable que notre pays dépense autant pour accueillir sans sourciller des auteurs de crimes? Entendons-nous, il est ici question de crimes graves, tels que des agressions, des viols, des meurtres… Serait-il plus logique que la Belgique apporte son secours à des personnes qui ne cachent pas leur volonté de nuire à notre pays et qui sont suspectées d’appartenance à un groupe terroriste? A toutes ces questions, le Parti Populaire répond non! C’est pourquoi, le PP accueille très favorablement toute mesure qui permettra de supprimer ces 240 millions de dépense comme le projet de loi de Theo Francken. « Celui-ci vise à élargir les possibilités de refuser ou de retirer la protection de la Belgique à ceux qui fuient leur pays pour échapper à une condamnation », explique-t-il.

Cette proposition n’apparaît pas ex nihilo. En effet, depuis qu’il a succédé à Maggie De Block à la tête du secrétariat à l’Asile, Theo Francken a multiplié par trois le nombre de rapatriements et d’expulsions d’illégaux par des vols spéciaux. Il avait déclaré en décembre dernier qu’en 2015 il souhaitait organiser un vol par mois. Il a plus que tenu cet engagement puisqu’il a déjà organisé 9 vols depuis le début de l’année. Et les gesticulations d’Emir Kir en vue de créer un climat d’agitation n’y changeront rien. Au contraire, elles prouvent justement que cette politique est efficace.

Depuis toujours, le Parti Populaire défend l’idée qu’il est possible de mener une politique volontariste en termes d’asile afin de maintenir un juste équilibre entre le droit  et la limitation de ses nombreux abus. Le Parti Populaire constate, néanmoins, qu’il aura fallu attendre l’arrivée de la NVA dans le gouvernement fédéral pour tourner le dos à des décennies d’un laxisme coproduit par le PS et le MR…

T.H.

Share This