Voter MR, c'est donc clairement voter PS !

Dans un entretien accordé au Soir, le vice-Premier ministre libéral et figure de proue du MR, Didier Reynders, a déclaré « ne pas vouloir gouverner avec la N-VA ». Il rejoint ainsi l’exclusive prononcée par son président de parti Charles Michel à l’encontre du parti flamand. Nous estimons que c’est un manque de courage, d’ambition politique et de respect des électeurs flamands.

Une telle attitude ne peut qu’encourager un peu plus certains milieux flamands au séparatisme !

Le Parti Populaire s’étonne en effet que le Mouvement Réformateur rejette d’emblée toute négociation avec la N-VA qui sera probablement le principal parti flamand au lendemain des élections. C’est non seulement un manque de respect pour le choix de l’électeur et la démocratie, mais aussi un signal clair du MR pour une reconduction de la majorité avec les socialistes et accessoirement le CDH.

Voter MR, c’est donc clairement voter PS et s’empêcher de mener les réformes cruciales et urgentes qui, seules, permettront de redresser la Wallonie et Bruxelles après plus de vingt-cinq ans de pouvoir socialiste. L’axe MR-PS n’est pas la solution pour nos Régions. Bien au contraire.

Le  Parti Populaire est donc le seul parti francophone prêt à prendre ses responsabilités et à entrer dans un gouvernement avec la N-VA afin de mener les réformes  (baisses d’impôts, réductions des charges, limitation de l’immigration, rétablissement de la sécurité.…) qui relanceront l’économie et rétabliront la cohésion nationale.

Pour le Parti populaire, seules les réformes indispensables menées au sud du pays favoriseront le maintien de son unité.