Une commission pour le renouveau démocratique, vraiment?

parlement2

Le Parlement wallon a voté, en séance plénière, l’instauration d’une commission pour le renouveau démocratique, afin, semble-t-il, de dynamiser l’exercice de la démocratie et retisser des liens avec la population. Seul hic, la commission sera aux mains des partis traditionnels.

A la tribune, Christophe Collignon, chef de groupe PS, a affirmé vouloir revoir le fonctionnement de la démocratie car, semble-t-il comprendre, la « population n’a pas toujours l’impression que son vote est utile » car « ce sont toujours les mêmes qui sont élus ». Venant d’un élu socialiste, la sortie a de quoi faire sourire…

Dimitri Fourny, son collègue du CDH, enchaîne : « Les réformes menées en matière de démocratie ont été entreprises pour répondre à des situations d’urgence. L’ensemble n’est donc pas toujours heureux. Il faut nous pencher sur la question pour que la démocratie connaisse un souffle nouveau, grâce à une uniformisation qui évitera la schizophrénie ». La démocratie ne vaut-elle pas mieux que ce verbiage ?

Stéphane Hazée, représentant Ecolo, a rappelé le bug informatique des dernières élections et incité à une discussion sur le droit d’initiative législative pour les citoyens. Frédéric Gilot, élu PTB, a dénoncé le manque de confiance des citoyens envers la politique en raison des promesses non tenues.

Mode électif, consultation populaire, cumuls, plus rien ne semble tabou. Vraiment ? Les partis qui se partagent le pouvoir depuis plusieurs décennies, ont exclu les partis émergents. Le Parti Populaire, par la voix de son député André-Pierre Puget, a déposé un amendement pour que les partis non constitués en groupe puissent avoir une voie délibérative et non simplement consultative. Rejeté.

André-Pierre Puget, qui a participé, la semaine dernière, à un voyage parlementaire en Suisse et en Autriche pour analyser le fonctionnement de la consultation populaire, a néanmoins pu prendre la parole en séance plénière où il a réaffirmé son message : « L’ouverture est beaucoup trop timide. Je crains que la commission devienne la Commission du Prenons les mêmes et continuons entre nous, montrons d’emblée qu’il n’y a pas de place pour les plus petites formations et les idées nouvelles qui pourraient faire avancer les choses positivement ».

« Si vous voulez enterrer un problème, créez une commission », disait Clémenceau. Le Parlement wallon semble l’avoir compris, en prenant soin d’exclure tous ceux qui pourraient s’ériger en poil-à-gratter. Une commission, une commission de plus, soupireront tous ceux qui veulent une simplification.

GVB