Une agression antisémite n'est pas un fait divers

22.11.2011 | COMMUNIQUE DE PRESSE

Une adolescente de 13 ans agressée par de jeunes musulmanes la traitant de « sale juive », c’est inadmissible. Mais le silence officiel des partis traditionnels est plus lourd encore et incompréhensible. Une jeune belge de confession juive se voit intimée de « rentrer dans son pays » par de jeunes arabos-musulmanes et est rouée de coups.

Il est étonnant que le CENTRE POUR L’EGALITE DES CHANCES ne prenne pas position. Quant au MRAX, asbl aussi financée par le contribuable, il se mure dans un silence tout aussi consternant.

Philippe CHANSAY WILMOTTE, membre du bureau politique, constate que cette résurgence inquiétante de l’antisémitisme est liée à la propagation des doctrines discriminatoires de l’islam. Selon la VUB, plus de 50 % des jeunes bruxellois d’origine arabo-musulmanes sont antisémites. Il est temps d’ouvrir un débat sur ce phénomène inacceptable, sans tabou et en abandonnant les oeillères du relativisme, et de prendre les mesures radicales et nécessaires pour le contrer.

Il rappelle qu’il incombe à chacun de vivre sa foi dans la sphère privée, mais que cela n’autorise en aucun cas la violence. Il importe de tendre la main à quiconque s’ouvre à la citoyenneté, c-à-d. aux valeurs démocratiques, et d’être intraitable en ce qui concerne la résurgence de l’antisémitisme.