Tunisie : le PP condamne les propos de Mme Ashton au nom de l'UE

28.10.2011 | COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Parti Populaire a pris connaissance avec consternation des propos de Mme Ashton, au nom de l’Union, « félicitant  le parti islamiste Ennahdha pour sa victoire » et assurant la Tunisie du « soutien politique et financier » de l’Europe.

Le PP condamne fermement ces propos. La victoire islamiste en Tunisie, de même que les victoires prévisibles dans les autres pays arabes (Egypte, Libye, …) est au contraire des plus inquiétantes car elle ouvre la porte aux régressions en terme de pluralisme et de liberté des citoyens dans ces pays. Le renforcement de l’islamisme n’augure rien de bon, notamment pour les minorités et les femmes. 

De plus, l’émergence de ce mouvement ne va faire qu’accroître les tensions dans le bassin méditérranéen, tenant compte des prises de position anti-occidentales (« il faut éradiquer la langue française en Tunisie ») et anti-israélienne exprimées récemment par son leader,  M Ghannouchi, aux médias arabophones (« Israël est un bacille qui va disparaître » et fermeture annoncée du bureau de liaison avec ce pays). Ce changement est d’autant plus inquiétant que la Tunisie était un pays modéré et proche des intérêts occidentaux jusqu’à aujourd’hui.      

Le PP est consterné par l’aveuglement de nos propres dirigeants face à ces développements et la politique de complaisance qu’ils semblent vouloir adopter. 

Au contraire, toute aide européenne à la Tunisie doit être conditionnée à un strict respect des droits fondamentaux en Tunisie ainsi qu’à la poursuite d’une politique étrangère favorable à la paix et au respect mutuel des pays de la Région. A défaut, la Tunisie ne devrait avoir droit à aucun soutien de quelque ordre que ce soit émanant de l’Union européenne.  

Il serait d’ailleurs absurde de compenser par des aides européennes une baisse des revenus issus du tourisme occidental, conséquence directe d’une vision intolérante ou de restrictions imposées par les  islamistes dans ce pays, traditionnellement ouvert. Les tunisens doivent assumer toutes les conséquences de leur choix, fussent-ils démocratiques.