Ce n’est pas Le Peuple qui l’écrit, c’est le Ministre de l’Intérieur, chargé de la Sécurité qui le dit: « la question n’est pas de savoir si, mais bien de savoir quand aura lieu la prochaine attaque terroriste sur le sol belge. » Ce n’est pas le Parti Populaire qui crie au loup, c’est le gouvernement Michel qui le reconnaît…

Pourtant les projets de loi anti-terroristes déposés ce jour sont d’une faiblesse insigne. 

Negotiations for the next governmentLa Belgique compte quelque 500 djihadistes qui se battent en Syrie et en Irak aux côtés de l’état islamique (IS). Des milliers d’autres jeunes radicalisés se préparent à y aller.

Dans le même temps, nos sources à la Sûreté de l’Etat et dans la police indiquent clairement que tous les services de sécurité concernés sont débordés. Ils n’ont pas les ressources humaines et matérielles pour faire les enquêtes sur les pistes qu’on leur indique et pour surveiller tous les aspirants terroristes identifiés.

Ce que le gouvernement Michel veut faire, c’est confisquer le passeport ou la carte d’identité des candidats au djihad, avant qu’ils ne partent. C’est totalement irréaliste! Comment va-t-on les identifier avant qu’ils se radicalisent? Même si on empêche quelques jeunes de partir, les suivants seront plus malins et ne laisseront rien apparaître. Pour mémoire, le jeune tueur de Sousse en Tunisie, Seifeddine Rezgui, abattu pendant sa tuerie, s’est radicalisé sans que personne, même ses proches, ne s’en aperçoive.

Aldo Carcaci, député fédéral PP
Aldo Carcaci, député fédéral PP

Mais le pire, c’est que le gouvernement Michel veut laisser les djihadistes revenir en Belgique! Cela permettrait à nos services de sécurité « de mieux les surveiller »… Ridicule et gravissime pour nos concitoyens. De plus, le gouvernement Michel a reconnu, partiellement seulement, le bien-fondé de la proposition de loi, déposée par Aldo Carcaci, le député fédéral du Parti Populaire. Le gouvernement se propose de déchoir les djihadistes de leur nationalité, mais après leur retour et en leur donnant toute liberté pour contester cette décision en justice!

Comme le déclarait le président du Parti Populaire, Mischaël Modrikamen, « c’est un projet de naïfs irresponsables ».  Dans le projet du gouvernement, seuls les terroristes condamnés pourront être déchus de la nationalité suite à une décision de justice définitive (donc après éventuel appel et recours en cassation, soit 5 ans au mieux après les faits reprochés.) C’est du délire!

Cette décision du gouvernement Michel va donner toute latitude aux terroristes rentrés en Belgique pour s’organiser et frapper chez nous.

Autre stupidité insigne du projet, seuls les « nouveaux belges » pourront être déchus de la nationalité. Pas ceux qui sont nés ici de parents étrangers qui résidaient déjà en Belgique ! Le PP proposait, lui, de toucher tous ceux qui ont une double nationalité belge et étrangère.

Et pendant ce temps, les juristes du Conseil d’état, comme à Constantinople au moment de sa chute, discutent du sexe des anges! Ils examinent les risques de « discrimination » du projet. Pauvres djihadistes « discriminés »! Les juristes du Conseil d’Etat n’ont toujours pas compris que nous sommes en guerre.


Interpellé ce jour en commission de la Justice de la Chambre, le Ministre Geens a répondu à toutes les interpellations, sauf celle du député PP, Aldo Carcaci.

Que proposait le Parti Populaire dans sa proposition intervenue immédiatement après les attentats de Charlie Hebdo et de l’hyper-Cacher?

Le PP voulait interdire tout retour à ces djihadistes ayant quitté la Belgique et disposant d’une double nationalité ou simplement étrangers. Beaucoup plus efficace.

Le PP proposait aussi de déchoir les djihadistes de la nationalité sur base d’une décision du Conseil des ministres s’appuyant sur un rapport de la Sûreté de l’Etat. Pas de recours interminables. Beaucoup plus efficace.

Il faut empêcher les djihadistes de revenir et expulser les fauteurs de haine, qui les endoctrinent et les recrutent. Maintenant.

Comme l’avait déclaré Mischaël Modrikamen (PP) sur les antennes de la RTBF au ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR): si des attentats ont lieu en Belgique, vous aurez le sang des victimes innocentes sur vos mains ». Le projet de loi du gouvernement est beaucoup trop faible et pourrait mener à des drames très rapidement!

 

L.R.