Suppression du vote obligatoire: le Parti Populaire constate une « PPisation » du discours politique

13.02.10 | COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU PARTI POPULAIRE

 

Fidèle au principe du respect de la liberté des citoyens face au vote, le Parti
Populaire (PP) soutient l’Open VLD dans sa proposition de modifier l’article 62 de la Constitution qui prévoit encore aujourd’hui l’obligation de vote.

Le PP dénonce les incohérences et les dysfonctionnements liés au vote obligatoire, dont la particratie ambiante s’accommode fort bien. Le maintien du vote obligatoire vise aujourd’hui essentiellement à dissimuler le déficit démocratique et la désaffection des citoyens pour leurs dirigeants. Le PP exige par conséquent le retrait du code pénal de l’obligation de vote.

Le PP souhaite redonner la parole au citoyen en encourageant l’introduction d’un vote majoritaire à deux tours et du référendum populaire. Le PP défend également l’instauration de règles démocratiques pour les scrutins de listes avec la suppression de la liste des suppléants : un candidat élu à une assemblée a l’obligation de siéger, sinon il ne doit pas se présenter.

Le PP se réjouit que la proposition des représentants de l’Open VLD aille aujourd’hui dans le sens du Manifeste du Parti Populaire, rendu public le 26 novembre 2009. Le PP rappelle ainsi que de nombreuses propositions figurant dans son Manifeste, initialement décriées, sont désormais régulièrement reprises par d’autres partis: tolérance zéro et comparution immédiate (Stefaan De Clerck, CD&V), interdiction de la Burqa (Denis Ducarme, MR), chômeurs au service de la collectivité (Xavier Baeselen, MR, démenti par Christine Defraigne, MR), suppression du vote obligatoire (Alexander De Croo & Hilde Vautmans, Open VLD, Xavier Baeselen, MR, visiblement très inspiré par le Manifeste du PP mais se heurtant cette fois à l’avis de Philippe Monfils, MR), circonscription fédérale (Jean-Michel Javaux, Ecolo), diminution des taxes sur le travail (Laurette Onkelinx, PS), développement d’un Islam européen respectueux du vivre ensemble (Didier Reynders, MR), interdiction du port de tout signe religieux ostentatoire dans les écoles (Geneviève Lazaron, cdH), recul de l’âge de la retraite (Christine Defraigne, MR), augmentation du taux d’activité chez les 55 à 65 ans (Michel Daerden, PS), diminution de la majorité pénale à 16 ans (Charles Picqué, PS).

Aussi, face aux accusations calomnieuses de simplisme et de populisme, le plébiscite actuel autour de prises de position défendues initialement par le PP témoigne bien davantage d’une « PPisation » du débat politique. En dépit de cela, le PP déplore l’attitude d’un gouvernement fédéral qui multiplie des déclarations – dont les auteurs sont aussitôt contredits par d’autres membres de leur parti ou de la majorité – et qui du fait de ces dissensions permanentes demeure dans l’inaction.