Sport : quid de l'intégrité physique des sportifs ?

20km

Trois morts ces dernières semaines : nos terrains de sport se sont révélés particulièrement meurtriers. A deux jours des vingt kilomètres de Bruxelles, qui rassembleront 40.000 sportifs dans les rues de la capitale, la question de la sûreté des joggeurs est sur toutes les lèvres. Faut-il en faire plus pour l’intégrité physique de nos sportifs ?

Grégory Mertens, Tim Nicot, Rasmus Larsen, sportifs de haut niveau, sont décédés dans de tragiques circonstances, ces dernières semaines. Directement, s’est posée la question des dangers encourus par nos compétiteurs, sportifs et amateurs.

Les vingt kilomètres de Bruxelles rassembleront, ce dimanche, des dizaines de milliers de sportifs, venus des quatre coins de la Belgique, mais aussi de l’Europe, dans la capitale de notre pays. La nature de l’événement interroge sur les risques encourus par les joggeurs. De l’avis de médecins, nous voyons, au départ de la course, à laquelle nombre de personnes s’inscrivent entre amis ou collègues, des participants trop peu entraînés pour l’effort qui les attend.

Evidemment, les organisateurs de la course donnent, sur leur site internet ou par mail, des conseils succincts en matière d’alimentation, avant et pendant la course, un plan d’entraînement et une mise en garde sur la nécessité d’être en bonne condition. Malheureusement, les 20 kilomètres de Bruxelles ont été endeuillés à plusieurs reprises ces dernières années. Il y a eu cinq morts en trente-cinq ans, dont trois lors des cinq dernières éditions, de quoi, évidemment, nous alerter à l’heure où le running est à la mode.

La course des 20 kilomètres de Bruxelles n’est évidemment pas la seule dans le calendrier. Les 5, 10, 15 kilomètres, les semi-marathons ont tendance à se multiplier dans notre pays. Le gouvernement semble vouloir généraliser le certificat médical obligatoire pour la pratique du sport en compétition. C’est l’essence même du «décret relatif à la prévention des risques pour la santé dans le sport» (n°617, 2013-2014) voté en avril 2014 et il n’y a rien de choquant à celui-ci puisque d’autres pays ont déjà rendu le certificat médical obligatoire. Pourtant, dans la pratique, chez nous, il n’est encore rien demandé aux sportifs. La preuve, aucun certificat médical n’a été exigé pour participer aux 20 kilomètres de Bruxelles. Mais, se justifie-t-on du côté du ministre René Collin, l’événement devra être traité dans les instances bi-communautaires. Vive, une nouvelle fois, le fédéralisme à la Belge.

Le député du Parti Populaire André-Pierre Puget est intervenu en séance plénière et en commission, sur la présence de défibrillateurs dans les clubs  et sur les certificats. Le décret laisse, à l’heure actuelle, les organisateurs de compétition dans l’expectative. En cas de non-respect, des sanctions sont prévues. Il ne faudrait pas les décourager d’organiser des courses et des matches car le sport est et reste bon pour la santé.

GVB