Sauvons le Trocadéro !

Le député du Parti Populaire au Parlement wallon André-Pierre Puget interrogera la ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet, en commission, ce jeudi matin, au sujet de la situation du Trocadéro, haut lieu de la culture liégeoise aujourd’hui en faillite.

theatre-trocaderoLe Trocadéro est souvent considéré comme le plus Parisien des endroits situés en Wallonie. Ses spectacles de revue, mêlant danse, théâtre et musique, s’apparentent aux cabarets qui font d’ailleurs toujours la réputation de la capitale française. Le lieu accueille, chaque année, des comédiens, des musiciens et des humoristes.

Le Trocadéro, appelé « La Renaissance » à ses débuts, a, derrière lui, une histoire qui remonte au XIXe siècle. La revue Liège-Express de Jean Bury y était présentée en 1897 ; Rêve Opium, une pièce de théâtre montée à Paris, en 1903 ; ou encore des opérettes bilingues dans les années trente, dont certaines ont été jouées jusqu’à récemment. L’endroit a connu des déboires : des incendies, en 1926 –criminel-, et en 1965 –accidentel-, les affres de la guerre, et on en passe.

Aujourd’hui, le Trocadéro est menacé de disparition pure et simple. Après le décès de Juliette Lemaire, « madame Troca » comme elle était surnommée, Jérôme Depas, désigné comme son successeur, a repris les rênes du lieu. En raison de querelles de succession, l’homme fait face à de nombreuses difficultés, et a vu le loyer augmenter, passant de 300 à 5000 euros, plongeant le Trocadéro dans une faillite qui sera finalement prononcée en début de l’année 2015, soit un an avant le centenaire du lieu.

La bonbonnière, surnom donné à la salle, dont certaines parties étaient classées, est un lieu auquel les Liégeois sont fortement attachés. Le député du Parti Populaire André-Pierre Puget a interrogé Mme Joëlle Milquet sur ses intentions quant à une intervention financière de la Communauté française pour sauver ce haut lieu de culture qu’est le Trocadéro.

GREGORY VANDEN BRUEL