Salle comble pour les 5 ans du PP!

nV5aCsj8HyQ9e0vM1HPoHUvHoy3o18N6xBSv6syzevELe Parti Populaire fêtait ce 5 décembre ses 5 ans, à Nivelles. C’était l’occasion pour le président, Mischael Modrikamen, de faire le point sur les grands dossiers auxquels le pays est confronté et d’exprimer la frustration du PP de voir que la chance historique de faire une politique de rupture avec le passé n’a pas été saisie par le gouvernement fédéral, qui rabote les budgets à la marge, mais n’a introduit aucune réforme fondamentale. Cela n’a pas rendu le gouvernement Michel plus populaire pour autant. Jamais les gouvernements fédéral, wallon et bruxellois n’ont été aussi impopulaires auprès des belges, qui ne se laissent plus abuser par les discours politiques des uns et des autres et par le spectacle affligeant des « débats » parlementaires des dernières semaines.

Le PP avait invité l’essayiste, journaliste français bien connu: Ivan Rioufol, éditorialiste du FIGARO pour parler de « la montée des périls en Europe ». I Rioufol est aussi présent chaque semaine pour ses chroniques sur RTL. L’analyse d’I Rioufol est dans le droit fil de ce que pense le PP du déclin de l’idée européenne, des dangers d’une immigration indésirée et incontrôlée, de la montée d’un communautarisme islamique inacceptable ainsi que des abus de la fiscalité et de la législation tatillonne des états européens, beaucoup trop endettés pour avoir encore une influence utile sur l’économie réelle. Les problèmes que vit la France sont très proches de ce que nous vivons en Belgique. L’orateur s’est félicité de l’apparition d’une société civile militante qui ne s’en laisse plus conter sur le plan politique et renvoie les décideurs des partis traditionnels dans les cordes.

Plus que jamais, pour M. Modrikamen et le PP, la rupture s’impose, avec une suppression des provinces, des communautés ou du Sénat, la rationalisation des intercommunales, la suppression de la constellation des organismes et asbl de tout poil qui gravitent autour du pouvoir politique. Il faut aussi faire en sorte que la justice soit rendue et que les peines soient appliquées. Les terroristes jihadistes doivent se voir interdire le retour en Belgique et l’Union européenne doit revoir complètement son fonctionnement pour retrouver une crédibilité largement entamée aujourd’hui. Le président du PP a également stigmatisés la reconnaissance de l’état palestinien par la Belgique, un mauvais signal s’il en est. Voilà quelques uns des éléments traités au cours de l’exposé du président M. Modrikamen. La soirée s’est terminée par un standing dinner dans la bonne humeur générale.

Lire le discours du président