PP : Une loi antiterroriste, des mesures fortes maintenant !

C’est une proposition de loi antiterroriste à plusieurs facettes et très complète que le président du Parti Populaire, Mischael Modrikamen et le député fédéral Aldo Carcaci ont présenté à la presse ce vendredi 15 avril. Ils n’y vont pas avec le dos de la cuiller.

Dans l’exposé introductif, la proposition de loi fait le tour des problèmes et des solutions proposées. Pour rappel, le PP est le seul parti à avoir tiré à de multiples reprises la sonnette d’alarme, en demandant par une proposition de loi, dès les attentats de Paris, que les « returnees » djihadistes soient interdit de retour en Belgique. Peine perdue : le gouvernement Michel n’a strictement rien fait, sinon rendre la tâche de la police impossible (surveillance de milliers d’individus suspects et de returnees) et charger l’armée d’une tâche énorme alors qu’elle est en manque criant d’effectifs.

Migrants clôture2En ce qui concerne la sécurité intérieure, puis la présence probable de terroristes parmi les dizaines de milliers de migrants « accueillis » sans réel contrôle, le président M. Modrikamen avait prévenu le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders que si rien n’était fait, il « aurait du sang sur les mains ». Le ministre n’avait même pas répondu lors du débat de la RTBF.

A l’occasion d’un autre débat, le député Richard Miller (MR) et le député européen Lamberts (Ecolo) avaient balayé les avertissements du Parti Populaire avec une grosse colère contre les « amalgames » : il n’y avait pas de terroristes parmi les migrants ! On a vu que si, malheureusement ! Un tel aveuglement a coûté des dizaines de vies de nos concitoyens. Les irresponsables sont au pouvoir, mais curieusement, on ne les entend plus sur le sujet !

Les attentats de Paris, puis ceux qui viennent de frapper la Belgique le 22 mars ainsi que l’ampleur du phénomène de radicalisation dans notre pays se cumulent pour révéler l’état de délabrement de l’état belge : très simplement, le pays n’a plus de quoi assumer les pouvoirs régaliens que tout état doit assumer. La Justice, l’Armée, les forces de sécurité ont besoin d’être renforcées et refinancée.

Armée 2Le Parti Populaire veut réduire la menace. Pour ce faire, il nous faut revoir de fond en comble et notre organisation et notre vision de la société face à la menace terroriste croissante. La première des libertés pour le citoyen, est la sécurité. Selon certains rapports, 5000 terroristes envoyés par l’état islamique (Daesh) sont prêts à frapper en Europe et déjà présents.

Le président du PP et le député fédéral Aldo Carcaci ont présenté ce vendredi 15 avril une proposition de loi visant d’abord à renforcer les effectifs disponibles en vue d’assurer la sécurité publique. Les effectifs policiers et militaires sont en effet déjà utilisés au maximum de leurs capacités, selon les récentes déclarations concordantes de nos responsables politiques et militaires.

Le Parti Populaire propose dès lors d’établir une Garde nationale composée de volontaires qui sera la réserve d’effectifs prête à renforcer à tous moments nos effectifs de sécurité. Il importe de rappeler que jusqu’il y a une dizaine d’années, notre pays pouvait faire appel à environ 60.000 réservistes entraînés et justement préparés à des opérations de contrôle de zone.

Il faut ensuite adapter le comportement des citoyens, des forces de l’ordre et des institutions sensibles au niveau actuel de la menace et les préparer à y faire face à tous moments.

Il s’agit notamment de dresser la liste de tous les sites et activités sensibles du pays (infrastructure, transport, énergie, eau,  site industriel de type Seveso,…), d’en assurer la protection permanente ainsi que d’en écarter les personnes radicalisées.

Il s’agit ensuite d’imposer un contrôle et une fouille pour tout événement de plus de 500 personnes ainsi que pour les centres commerciaux.

Il s’agit encore de permettre aux professionnels de la sécurité (police, armée, sûreté, garde nationale) ainsi qu’aux titulaires de certaines fonctions de porter en permanence leur arme de poing afin de pouvoir, à tous moments, riposter à une attaque terroriste.

La proposition prévoit d’ailleurs l’établissement d’une présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre lorsqu’elles font usage de leurs armes.

Enfin, la proposition de loi vise à réduire la menace en écartant du territoire ou en privant de libertés, les djihadistes « returnees » ou tout qui présente une menace pour la sécurité publique, recrutent ou endoctrinent. C’est maintenant prouvé : impossible pour police et Sûreté de surveiller efficacement et en permanence toutes ces personnes.

Il faut donc les priver de la nationalité belge, lorsqu’ils possèdent une double nationalité, ou rendre impossible leur retour sur le territoire lorsqu’ils sont étrangers. Les aides sociales dont ils pourraient bénéficier doivent leur être supprimées.

De même, les foyers de haine (mosquées intégristes, …) qui prônent une idéologie contraire à nos valeurs doivent être fermés et leurs biens confisqués.

La proposition de loi du Parti Populaire crée également une cellule de lutte contre la radicalisation au sein du Ministère de l’intérieur, pour rendre inaccessible les sites et adresses concernées sur les réseaux sociaux, aux utilisateurs résidant en Belgique.

La proposition vise aussi à créer un fonds de secours d’urgence pour les victimes, souvent brutalement privées de ressources financières.

Le député fédéral du Parti Populaire déposera la proposition de loi du Parti Populaire dans les tous prochains jours, dans le cadre de la commission terrorisme.

Le texte de la proposition de loi est accessible sur le site du Parti Populaire : www.partipopulaire.be

PPAT

Proposition de loi antiterroriste du Parti Populaire, conféren…Proposition de loi antiterroriste du Parti Populaire, conférence de presse du 15/04/2016

Publié par Le Peuple sur vendredi 15 avril 2016

L.R.