PP-Ecolo : deux poids, deux mesures

Ecolo bénéficiera d’un poste d’observateur au sein du conseil d’administration (très politisé) de la RTBF. La même faveur est pourtant refusée au Parti Populaire qui n’entrerait « pas dans les critères » du Pacte culturel. Ce « deux poids, deux mesures » tend à se généraliser.

Ecolo a été désapprouvé par les électeurs francophones lors des élections du 25 mai 2014. Le désaveu s’est traduit par une forte réduction de la représentation parlementaire verte dans les différents parlements du pays, mais aussi par la perte de nombreux avantages octroyés aux partis reconnus comme groupes politiques.

Ecolo peut néanmoins compter sur le soutien indéfectible de ses anciens partenaires de gouvernement puisque le parti s’est non seulement vu reconnaître –certes fictivement- comme groupe politique au Parlement wallon (même s’il ne possède que quatre élus, et non cinq, condition minimale pour être reconnu comme tel), mais peut désormais bénéficier d’un observateur au conseil d’administration de la RTBF.

Depuis les élections, Ecolo a été invité à de nombreuses reprises lors des débats télévisés.

Dans le même temps, le Parti Populaire s’est imposé, sans le soutien de médias qui l’ont largement boycotté, dans le paysage politique et démocratique belge. Avec un élu à la Chambre, un élu au Parlement wallon, deux élus communaux, et plus de 100.000 électeurs à la Chambre (145.000 à l’Europe) en mai 2014, le PP devrait, dans une démocratie digne de ce nom, obtenir les mêmes droits que les autres partis possédant des représentants élus par le peuple.

La demande formulée par le Parti Populaire, par la voix de son député à la Fédération Wallonie-Bruxelles André-Pierre Puget, de bénéficier d’un rôle symbolique au sein du conseil d’administration de la RTBF a été rejetée sous des motifs flous et ambigus découlant d’une interprétation arbitraire du Pacte culturel. Le Pacte culturel dans ses articles 19 et 20, prévoit pourtant une présence minimale pour chacune des tendances afin d’éviter tout monopole.

Le PP, contrairement à Ecolo (ainsi qu’au PTB et au FDF), n’a plus été invité sur les chaînes de télévision depuis le 25 mai.

Le mot d’ordre est apparemment de sauver le « soldat Ecolo » et d’achever le « soldat PP ». Le Parti Populaire fera tout pour faire respecter ses droits et faire entendre le son de sa voix.