Pas d'économie sur la sécurité des citoyens

Lors du débat sur le logement, en séance plénière du Parlement wallon, le député du Parti Populaire André-Pierre Puget a dénoncé à la tribune les économies qu’entend faire la Région sur la sécurisation des habitations. Jusqu’à présent un propriétaire peut déduire de ses impôts les dépenses effectuées en vue de protéger son logement contre le vol ou l’incendie, à hauteur de 30 % de l’investissement consenti avec un maximum de 750 euros. Ce ne sera plus le cas. La Région espère économiser 20 millions d’euros.

puget2Lors de son intervention au Parlement wallon, André-Pierre Puget a interpellé le ministre du Logement Paul Furlan (PS) : « Pensez-vous que cela soit un luxe de protéger son bien, l’investissement de toute une vie ? Protéger son bien a de nombreux avantages et est aujourd’hui une nécessité onéreuse. Sécuriser son lieu de vie permet une diminution de la criminalité, une disponibilité accrue des forces de l’ordre, un sentiment de sécurité et un bien-être sociétal ».

Si le Parti Populaire peut souligner la rationalisation des diverses primes existantes (soixante au total), il s’inquiète de la situation du logement en Wallonie. Il y a à l’heure actuelle 64 sociétés de logements sociaux, 1100 administrateurs, mais surtout des milliers de famille en attente. Pour André-Pierre Puget, « 25 ans de gestion des logements par le PS, c’est 25.000 Wallons sans logement définitif ».

Le député du Parti Populaire a également rappelé que les investissements en matière de logement se font essentiellement dans les grandes villes et regrette que la situation en milieu rural où « la pression immobilière est également très forte » ne soit pas suffisamment prise en compte.

André-Pierre Puget prône également une réhabilitation des logements existants, parfois insalubres. Cette solution est moins coûteuse que la construction de nouveaux logements.

Le député du Parti Populaire a conclu par une interpellation directe du ministre Furlan : « On a coutume de dire que lorsque la brique va, tout va. Or, en Wallonie, la brique ne va pas. Soyez donc vigilants ! »

G.B.