Nous avons laissé s’installer chez nous un islam radical, accompagnant une immigration incontrôlée

mischael-modrikamen-ppLa Belgique fait partie des pays européens concernés par le problème du djihadisme intérieur et des djihadistes qui reviennent de Syrie et d’Irak. Après les attentats à Paris, la police belge a effectué des opérations d’arrestation préventive alors que des attentats étaient imminents. Le niveau d’alerte a été relevé au niveau 3.  Le Parti Populaire, qui a un élu à la Chambre des représentants, a été le premier à déposer une proposition de loi pour une déchéance de la nationalité des djihadistes, début décembre. Nous avons pu interroger Mischaël Modrikamen, président du Parti Populaire.

Monsieur Mischaël Modrikamen, vous êtes président du Parti Populaire en Belgique et vous avez un élu à la Chambre des Représentants. Certains vous voient comme un parti « extrémiste ». Comment présenteriez-vous votre parti ? 

Nous sommes un parti de droite décomplexée, créé comme d’autres en Europe en rupture avec les partis traditionnels (UKIP anglais, NV-A belge, UDC suisse, etc…) mais ayant vocation à exercer la responsabilité des affaires. Si certains adversaires issus des partis traditionnels et que nous menaçons dans leurs rentes de situations, gauche ont en effet tenté de nous qualifier d’« extrémistes », les observateurs sérieux ne partagent pas cette analyse..

Source: la-nouvelle-gazette.fr Lire l’article