Chers Amis,

Ce gouvernement de prétendu centre droit est décevant. Il devient chaque jour un peu plus clair qu’il ne mènera pas de réformes en profondeur, en matière d’immigration, en terme de sécurité, de réduction des dépenses inutiles et d’allègement de la fiscalité sur le travail. Juste des rustines çà et là ! Manque de souffle, de vision, de dynamisme. Hélas, trois fois hélas.

En plus,  l’affairisme, la confusion savamment entretenue entre les intérêts publics et privés minent la confiance des citoyens dans la politique, à juste titre.  Les partis traditionnels sont à bout de souffle, déconsidérés. Ils se sont trop longtemps partagé le pouvoir pour en tirer des bénéfices individuels et indus. Les affaires Kubla, De Decker, Mathot ne sont que la partie visible de l’iceberg. Combien de scandales ont été définitivement étouffés parce que dans ce système corrompu, tous se tiennent et pratiquent l’omerta  ?

Seul le PP,  votre parti, composé essentiellement de citoyens issus du monde du travail et de la société civile,  a la volonté de réformer en profondeur notre société, notre gouvernance, prônant le retour du bon sens. Nous voulons nettoyer les écuries d’Augias, au kärcher si nécessaire !  Mais chaque jour, je suis plus inquiet. Lorsque le PP accèdera au pouvoir,  que trouverons-nous ? Un champ de ruines, un pays à bout de souffle et gangréné par le multiculturalisme  ? Ne sera-t-il pas trop tard ?

L’insolence et la violence croissent sous nos yeux éberlués.  Notre pays de surréalisme voit les sans-papiers bloquer impunément la rue de la Loi (!)  Les chauffeurs de bus et contrôleurs tabassés hier encore par des « jeunes » à Liège. Un père, dont l’enfant est placé d’urgence pour retard mental et peut-être  maltraitance familiale, se plaindre parce que son fils ne mange pas halal dans son lieu d’accueil. Combien de temps encore allons-nous tolérer ça ?  Les barbares sont à nos portes, en Libye, et menacent de lancer des millions de prétendus réfugiés à l’assaut de l’Europe. Et nous enverrons nos bateaux les emmener directement sur notre sol.  Combien de terroristes se seront glissés parmi eux ? La cinquième colonne jihadiste est déjà là, tapie dans l’ombre, et nos gouvernants ne font rien pour les expulser de notre pays. Les métastases s’étendent.

Combien de victimes innocentes faudra-t-il encore pour que des mesures, autres que « symboliques » comme dirait M Reynders,  soient prises ? Nos services de sécurité sont débordés. La vérité est qu’ils ne contrôlent plus du tout la situation.  Le budget du Sénat (inutile) est plus important que celui de la Sûreté.  C’est tout dire en termes de priorités. Les politiques se servent d’abord ! Et tant pis pour les citoyens.

Après les élections, le Parti populaire s’est quant à lui mis en ordre de marche. Il s’est organisé, structuré.  Il a fallu mettre en place l’organigramme, trouver ses marques pour faire face à nos responsabilités nouvelles. Nos élus locaux découvrent le monde des intercommunales et la gestion locale. Mais là où ils sont présents, les partis traditionnels sentent le vent du boulet et « courent déjà après le PP »,  pour reprendre l’expression d’un échevin MR verviétois  démissionnaire pour ces motifs. Nos parlementaires travaillent, interpellent sans relâche les ministres, déposent des propositions de lois ou de décrets. Même si elles ne sont pas encore votées, nous montrons clairement le chemin.

Nous nous sommes aussi alliés avec d’autres partis eurosceptiques, dont le UKIP britannique, pour former l’ADDE (Alliance pour la Démocratie Directe en Europe), 1er mouvement de ce type en Europe. Yasmine Dehaene, notre secrétaire générale en est devenue directrice. Willem Toutenhoofd, notre trésorier, s’occupera également des finances de cette alliance internationale qui dispose d’ores et déjà de moyens importants. C’est la reconnaissance de leur important travail de ces derniers mois. Nous développerons des actions en commun, des études communes, des sondages, etc.. Car les préoccupations des citoyens transcendent les frontières. Ils ne veulent plus de cette Europe technocratique sourde aux intérêts des citoyens et des Peuples.

Bien sûr, vous  entendez très peu parler de nos actions dans les médias traditionnels. Et pour cause. Notre parole dérange, ne plaît pas. Plus les faits nous donnent raison, moins nous avons la parole.  Seul Le Peuple, notre quotidien de défense des valeurs de la Belgique, diffuse nos idées, contre la soupe  gauchisante et servile qui nous est servie du matin au soir. Le Peuple dénonce aussi ce qui doit être dénoncé.

Les médias traditionnels nous boycottent de fait et accordent dix fois voire trente fois plus de couverture aux partis (PTB, FDF) qui ont fait le même résultat électoral que nous. Nous allons prochainement rendre publique une étude d’un organisme indépendant à ce sujet. Vous serez choqués de la partialité des journaux écrits et TV et du déséquilibre criant. Nous ne devons donc compter que sur nous-mêmes et les réseaux sociaux. Partagez nos articles, likez nos pages et posts. Soyez nos ambassadeurs.  Soyez le grain de sable qui fait la différence !

Dès avril, avec le printemps et le retour du bon temps, nous serons sur le terrain, à la rencontre des citoyens légitimement inquiets. Nous organiserons des meetings dans les villes et communes. Tous les cadres du PP seront conviés au prochain Conseil national qui se tiendra le 2 avril. Retenez la date. Un courrier vous avertira du lieu et de l’ordre du jour. Nous préparerons ensemble ces actions et discuterons de la stratégie et de la situation politique.

Notre député wallon, André-Pierre Puget se rendra la semaine prochaine en Suisse avec une délégation parlementaire chargée d’y étudier l’application des mécanismes de consultation populaire, et notamment le référendum à l’initiative des citoyens. C’est un de nos chevaux de bataille et la Suisse est un modèle.  Le PP est associé par les autres partis aux travaux de renouvellement du cadre démocratique wallon. Nous sommes parvenus à convaincre les autres partis de rabaisser le seuil à 50.000 signatures de citoyens, dans le cadre des projets à l’étude !

Je me rendrai quant à moi avec notre député fédéral Aldo Carcaci et notre vice-président Bruno Berrendorf,  à Moscou du 23  au 27 mars,  à l’invitation officielle des autorités russes. Des journalistes nous accompagneront.  Si nous ne partageons pas toutes les options du régime de M Poutine, nous pensons que cette grande nation qu’est la Russie est notre alliée, notamment dans la lutte contre l’islamisme.  Nous ne voulons pas d’une nouvelle guerre froide en nous trompant d’ennemis.

Nous irons ensuite en Sicile le 16 avril, à l’invitation des autorités locales, pour constater le désastre des politiques européennes laxistes face à l’immigration organisée par les bandes mafieuses. Nous y rencontrerons également, les responsables d’une association sociale forte de 600.000 membres qui va lancer un nouveau parti, le Movimento Per i Popoli,  et ce sur le modèle du PP.  Nous les avons reçus voici quelques jours à Bruxelles.

Ce sont les citoyens qui décideront s’ils veulent encore longtemps se laisser abuser. Chaque jour qui passe, le mal empire sous nos yeux. Le futur, notre avenir est entre nos mains : ou le déclin inexorable de l’Europe, de la Wallonie, de Bruxelles, et sans doute la guerre civile, ou être debout, faire face et se retrousser les manches avec courage pour affronter dès aujourd’hui les défis de notre génération. C’est un test pour nous tous.

Mischaël Modrikamen

Président PP, Vice-président ADDE