L'Etat et les entités publiques sont la vache à lait des partis traditionnels !

01.02.2012 | COMMUNIQUE DE PRESSE

Le PP rappelle que les partis politiques sont très généreusement financés par la dotation publique. Les partis traditionnels perçoivent entre 9 et 14 millions de dotations par an pour exercer leur missions, outre les milliers d’attachés parlementaires ou de groupe au sein des assemblées qui leur sont attribués et dont le salaire est pris en charge par l’Etat ou les Régions et Communautés. 

Tout avantage ou donation autre que ce – très généreux-  financement public prévu et autorisé par la loi, est strictement interdit lorsqu’il émane de personnes morales, y compris des entités publiques, telle la ville de Charleroi  (art. 16bis de la loi du 4 juillet 1989 sur le financement des partis) et est d’ailleurs sanctionné pénalement. 

Le fait que ce financement illicite soit prévu au budget de la ville de Charleroi, soit approuvé par la tutelle et se fasse donc au grand jour est indifférent. Ce serait même une circonstance aggravante qui témoigne du mépris des partis traditionnels pour les règles de droit. 

Le PP rappelle qu’il a été perquisitionné voici 18 mois par 25 enquêteurs et ses cadres interrogés pour, entre autres,  déterminer si 50 € issus de la vente de pins lors d’un meeting ou encore une donation de 250 € était bien reprise dans sa comptabilité.

Combien de temps, les citoyens accepteront-ils que les partis traditionnels pillent allègrement les ressources d’entités publiques lourdement endettées pour mieux en conserver le contrôle absolu ?

L’Etat ne doit pas être la vache à lait des partis !