Les gauchistes portent plainte contre la présence des militaires en rue

Le 2 avril dernier, le ministre de l’Intérieur et la police de Bruxelles et d’Anvers annonçaient une baisse de 30% de la criminalité sur les premières semaines de 2015, par rapport à la même période de l’année précédente: pour Polbru on passait de 790 interpellations à 550 sur Bruxelles. Remarquable! La police faisait clairement un lien avec la présence des militaires dans les rues, devant les immeubles qui pourraient faire l’objet d’attaques terroristes. L’inénarrable bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, avait le même jour nié la chose, disant que cette présence militaire “n’avait strictement aucun impact sur la sécurité, aussi non il le saurait”! 

Militaires1Ce déploiement de militaires par le gouvernement est très bien perçu par la population. La présence de nos soldats a rassuré les braves gens au lendemain des attentants meurtriers de Paris et des attentats déjoués de justesse à Verviers et Molenbeek.

Mais aujourd’hui, plusieurs “associations de citoyens” (lisez des groupuscules gauchistes soutenus par l’argent public) ont décidé de porter plainte. On retrouve la “Ligue des droits de l’homme”, le CNAPD (Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie) et les pacifistes flamands de “Vrede”. Toutes ces organisations non gouvernementales considèrent que la présence des militaires en rue est “anxiogène, voire illégale”. Bien entendu, la RTBF répercute abondamment cette très importante nouvelle.

Pour la Ligue des Droits de l’homme, “ce n’est pas le rôle de l’armée qui ne peut pas remplacer la police. ” Pour le CNAPD, “s’il faut vraiment renforcer les capacités de la police, que le gouvernement investisse dans la police”.

Pour ces associations, la menace terroriste (niveau 3) ne suffit pas à justifier le déploiement de militaires dans les rues. Et les 3 associations d’annoncer en choeur qu’elles portent plainte: “nous introduisons un recours en annulation auprès des gouverneurs. Les gouverneurs ont la tutelle sur les bourgmestres et donc nous demandons aux gouverneurs d’annuler la décision des bourgmestres de demander au fédéral des militaires”.

210 militaires sont toujours présents chaque jour dans des lieux stratégiques ou très menacés en Belgique, la liste étant définie par l’OCAM, l’Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace. 

Le Parti Populaire a réagi en se demandant s’il est bien normal que ces organisations gauchistes irresponsables puissent bénéficier de subsides de l’Etat pour faire leur “travail” de sape permanent de l’autorité. Si la présence armée de nos braves militaires peut aider à éviter l’attaque d’écoles juives par des terroristes, comme l’a fait Mohamed Merha à Toulouse, c’est et cela reste une excellente chose. La ligue des Droits de l’homme ne mérite pas son nom. 

Luc Rivet