Les citoyens wallons ne doivent pas être les otages de la guéguerre entre le PS et le MR !

La loi spéciale de financement, organisant les moyens accordés aux régions, était au centre des débats de la séance plénière du Parlement wallon de ce mercredi 22 avril. Les discussions ont largement abordé le conflit entre le fédéral et le régional au sujet de l’ajustement budgétaire.

Le Parti Populaire, par la voix de son député régional André-Pierre Puget, a rappelé qu’il est favorable au principe de responsabilisation des régions et que, sans effort sensible au profit d’une économie tournée sur l’innovation et le respect des entrepreneurs, la Wallonie ira droit dans le mur. Le changement, c’est maintenant ou jamais et, malheureusement, la majorité PS-CDH ne prend pas les mesures nécessaires au redressement de la Région !

Le fédéralisme à la belge a souvent péché en oubliant de responsabiliser les régions. L’autonomie fiscale leur avait, certes, déjà été, en partie, accordée par le passé et l’application du principe du « juste retour » permettait aux régions les plus méritantes d’être partiellement récompensées. Il leur était néanmoins parfois plus souhaitable de ne pas se redresser pour continuer à bénéficier des transferts. Ce ne sera plus le cas : la Wallonie a son sort entre ses mains et le mécanisme de solidarité qui accompagnera la réforme de la loi de financement ne doit pas les empêcher d’anticiper la fin des transferts, sans quoi les mécanismes d’accompagnement ne seront que des soins palliatifs menant au décès de la Wallonie.

L’application, ensuite, de la sixième réforme de l’Etat et son corollaire, la loi spéciale de financement, a déjà tourné au tragi-comique. La saga autour de l’effort budgétaire wallon n’a rien de rassurant : il devait être de plus de 100 millions d’euros dans un premier temps, avant d’être ramené à 70 millions d’euros, pour repasser, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, à 350 millions d’euros, en raison de l’effondrement des recettes sur les additionnels à l’IPP et de la baisse des recettes sur les impôts régionaux, avant finalement d’être légèrement raboté. Cela manque de sérieux et n’augure rien de bon.

Les citoyens ne doivent pas être les esclaves de la guéguerre entre le MR et le PS. Le Parti Populaire estime qu’il est urgent d’envisager une meilleure coordination entre les différents niveaux de pouvoir et la création d’un groupe de travail unissant le fédéral et les entités fédérées afin que celles-ci aient un aperçu en temps réel de leurs ressources disponibles. Le PP en appelle aussi à davantage de pro-activité de la région wallonne afin qu’elle ne tombe plus des nues à chaque information venant du fédéral.