Le Parti Populaire veut moins de morts sur les routes !

puget

Le député wallon du Parti Populaire André-Pierre Puget a déposé une proposition de décret en marge du débat consacré, en séance plénière, à la sécurité routière. Le PP veut intégrer pleinement « l’apprentissage de l’utilisation de l’éthylotest dans la formation à la conduite » afin de diminuer le nombre de victimes sur les routes.

Le taux d’alcoolémie trop élevé est, avec la vitesse excessive et les problèmes d’infrastructure, la principale cause d’accidents et de mortalité sur les routes.

Une enquête de l’IBSR, dont les résultats ont été rendus publics au début de l’année 2015, démontre que les jeunes, davantage encore que leurs aînés, sont conscients des dangers de l’alcool lorsqu’ils prennent le volant.

Les campagnes de sensibilisation à la problématique (BOB, nuit européenne sans accident des Responsible Young Drivers…) semblent porter leurs fruits.

Néanmoins, afin de réduire le nombre de tués sur les routes, de nombreux efforts restent à fournir. La Belgique est à l’heure actuelle un des mauvais élèves de la classe européenne puisque, avec 70 tués sur les routes par million d’habitants (contre 34, par exemple, aux Pays-Bas).

Le Parti Populaire a donc déposé, par la voix de son député André-Pierre Puget, une proposition de décret axé sur la prévention en rendant obligatoire l’apprentissage de l’utilisation de l’éthylotest que peu de citoyens parviennent à utiliser alors qu’il s’agit d’un instrument essentiel dans la sécurité routière.

Pour André-Pierre Puget, la connaissance du fonctionnement et la maîtrise pratique de l’éthylotest doivent faire partie intégrante de la matière à maîtriser dans le cadre de l’obtention du permis de conduire.  L’examen pratique devra ainsi intégrer, dans les compétences requises, la démonstration de la maîtrise d’un éthylotest chimique ou électronique. Tout apprenant, en filière libre ou accompagnée, devra posséder au sein de son véhicule, disponible immédiatement, un éthylotest.

Les auto-écoles devront intégrer ces connaissances dans leur cursus de formation. Le jeune devra « souffler dans le ballon » avant chaque cours en auto-école afin de le responsabiliser.

L’examen théorique du permis de conduire devra également inclure, dans les compétences requises, les effets des drogues dures ou douces sur l’organisme et les risques encourus par toute personne ayant recours aux produits illicites.

André-Pierre Puget : « La sécurité routière, cela nous touche tous. Tout le monde a subi les conséquences d’un drame de la route, soit directement, soit indirectement. » Le député wallon poursuit sa réflexion : « En règle générale, la première fois qu’un conducteur souffle dans le ballon, c’est, dans le meilleur des cas, lors d’un contrôle de police, et dans le pire des cas, après un accident. Malheureusement, parfois, il n’est même plus en mesure de souffler. Avec cette proposition concrète et facilement applicable, je souhaite conscientiser de manière pragmatique et physique nos jeunes et moins jeunes aux risques importants liés à la conduite sous influence. Car c’est dès l’apprentissage que les réflexes se mettent en place… Et quel plus beau réflexe que d’être un conducteur responsable et aguerri ! »