Le Parti Populaire se maintient dans les sondages

29.03.11 | COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU PARTI POPULAIRE

289 jours sans gouvernement : la Belgique détient donc la palme mondiale d’un pays civilisé resté sans gouvernement. Cette situation est extrêmement préoccupante d’un point de vue démocratique puisqu’il n’y a plus d’opposition pour contrôler l’action gouvernementale. Or des décisions extrêmement importantes sont ou seront prises, telle la quasi entrée en guerre du pays dans le cadre des opérations militaires en Libye, ou encore les orientations budgétaires pour 2011. Seul le confédéralisme permettra une sortie de crise.

Les derniers sondages parus ce lundi démontrent que le PP se maintient à environ 3 % de l’électorat à Bruxelles et en Wallonie, ce qui signifie que 150 000 francophones font confiance au Parti Populaire. “Ce résultat est très encourageant au regard de l’ensemble des attaques dont le PP fait continuellement l’objet, de l’absence de tout moyen financier et de l’accès aux médias audiovisuels” explique Mischaël Modrikamen.

Les partis traditionnels verrouillent en effet l’accès à la RTBF, en violation du pluralisme le plus élémentaire. “Il ne fait aucun doute qu’avec un accès minimal à ces médias, le PP obtiendrait des scores nettement supérieurs, car il représente une véritable alternative démocratique face aux partis traditionnels” a ajouté le président du PP.

Il est à cet égard frappant de constater que le CDH est en train de sombrer d’un point de vue electoral après avoir renoncé à ses valeurs et principes traditionnels, se montrant faible sinon complice face aux revendications islamistes ou encore se faisant le chantre d’une véritable politique communiste de nivellement par le bas en matière d’éducation (cf. Application du décret Robin des bois).

Contrairement à l’analyse du CDH relayée par certains médias, explique Mischaël Modrikamen, voter PP n’est pas un vote de protestation mais un vote d’avenir car le PP développe un programme complet et rénovateur sur une série de matières clés, tels le confédéralisme, la politique de l’emploi, la politique de sécurité, la politique d’immigration ou encore la rénovation complète de notre système judiciaire”.