Le Parti Populaire en ordre de marche (L’avenir)

Au fédéral, sans surprise, c’est Modrikamen lui-même qui conduira la liste. Un choix qui s’explique par plusieurs facteurs, à l’entendre. Sur le plan personnel, parce qu’il est lui-même originaire du Hainaut, et plus précisément de Charleroi où son père, rappelons-le, fut président des Mutualités socialistes. Sur le plan politique, parce que, pour le citer, la Région est «malmenée par trente ans de pouvoir socialiste, et qu’il faut y mettre un terme». Pour ce qui regarde plus particulièrement Charleroi, Mischaïl Modrikamen a dépeint cette ville où il revient en colère, à voir ce qui la compose: «les chancres, la désespérance, la drogue, l’insécurité». Bref, un tableau d’ensemble désastreux alors que, estime-t-il, «les Carolos méritent autre chose et mieux» si on se souvient le rôle de véritable puissance économique qu’a jouée la région.

Lire l’article de L’Avenir