Le Parti Populaire dans l’hémicycle, le PS dans les couloirs.

Au Palais de la Nation, ce jeudi 4 décembre 2014 était une date à marquer dans les annales. Le parti populaire a représenté, à lui seul, l’opposition dans l’hémicycle du Parlement Fédéral. Les élus de gauche:  PS, CDH, Ecolo et PTB sont sortis. Que voilà une opposition constructive!

51852922Encore un grand moment de théâtre au Palais de la Nation. Le scénario change, les acteurs demeurent.

Alors que le Parti Socialiste se targue à tout qui veut l’entendre, de vouloir faire une opposition constructive, sa cheffe de groupe, Laurette Onkelinx, revient sur des faits de 1996 ! C’est vrai qu’à l’époque, elle était déjà ministre … sa robe embaumait d’ailleurs les couloirs d’une odeur de naphtaline.

Le SPA quitte également l’enceinte, suivant comme un petit soldat à l’image de tout le groupe des « Verts » dont le chef de file venait de recevoir « une carte jaune » de la part du Président. Tous ces parlementaires souhaitent tant un débat contradictoire sur des thèmes touchant les citoyens.

Evidemment, le PTB emboîte le pas, de même que le FDF.

Le CDh comme un jockey dans les stalles de départ attend… patiente… Sa cheffe, Catherine FONCK saute sur son micro et prend la parole… la larme à l’œil ! Grande comédienne, elle se plaint d’un déni de démocratie, elle fustige le Premier Ministre ainsi que le leader de la NVA, pourtant absent. Elle en veut au Président qui ne respecte soi-disant pas l’opposition. Fonck explique aussi à la majorité puisque toute l’opposition est partie, sauf le Député Aldo Carcaci, que le Premier Ministre n’est pas Charles Michel mais Bart De Wever… un grand moment d’émotion, une révélation! le représentant du Cabinet du Roi a d’ailleurs passé un coup de fil au Souverain pour s’assurer que rien n’avait changé. Ridicule, Catherine FONCK remet son manteau et quitte également la scène…son Président, LUTGEN, qui avait compris l’absurdité de l’intervention, avait déjà revêtu son pardessus pour rejoindre son Ardenne natale. Le starter vient de donner le départ… Le CDh quitte l’hémicycle.

A ce moment-là, le Parti Populaire représente donc le groupe linguistique francophone d’opposition.

Le Vlaams Belang pose une question à un Ministre mais celle-ci parait dérisoire au vu de ce qui précède. Elle n’intéresse personne. Ils s’en vont également.

Par ailleurs, la presse, au grand complet, se trouve déjà dans les couloirs et n’est plus au premier étage à côté des attachés parlementaires. Ce qui se passe dans l’enceinte du Parlement est inintéressant par rapport aux déclarations fracassantes que va faire l’opposition.

L’ordre du jour se poursuit et la première proposition de Loi du Parti Populaire est renvoyée comme il se doit, en commission, sans objection.

Voici quelques questions que tout citoyen, tout contribuable est en droit de se poser :

– Doit-on payer ces acteurs de théâtre pour jouer la pièce dans les couloirs ?

– Est-ce vraiment la manière la plus adéquate de faire de l’opposition ?

– Les faits de 1996 méritent-ils de provoquer un tsunami pareil ?

– N’est-il pas plus opportun de débattre des problèmes de société actuels et de trouver des solutions pour une évolution positive de la société ainsi que le bien-être des citoyens ?

 Voici une série de questions que vous devrez vous reposer au moment où vous irez à nouveau voter !

André ANTOINE