Le gouvernement wallon doit cesser le yo-yo budgétaire

L’ajustement budgétaire wallon tourne à la cacophonie ! Le gouvernement avait tablé initialement sur un montant de 100 millions d’euros (minimum), qui étaient descendus à 70 millions, pour finalement atteindre… les 300 millions d’euros.

Le 24 mars, le ministre du budget Christophe Lacroix (PS) avait annoncé, sourire aux lèvres, que l’effort budgétaire serait moindre que prévu : « 190 millions de recettes en moins et 120 millions de dépenses en moins, cela donne un montant négatif de 70 millions d’euros. »

Quelques jours plus tard, l’enthousiasme était retombé. La baisse des recettes liées aux additionnels à l’impôt des personnes physiques (IPP) est passée, en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire, de 190 millions d’euros à 440 millions.

Des septante millions, la Wallonie va finalement devoir trouver 300 millions d’euros pour combler le déficit.

Le Parti Populaire et son député au Parlement wallon André-Pierre Puget appellent à plus de sérieux dans la gestion du budget, car il s’agit de l’argent des contribuables, et à plus de transparence dans la communication. Le yo-yo budgétaire n’accroît pas la crédibilité du gouvernement en place.