La position du PP sur la citoyenneté

18.11.10 | COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU PARTI POPULAIRE

Suite à la polémique suscitée par la publication du rapport des Assises de l’Interculturalité, et dans le cadre du débat ouvert par le député du Parti Populaire (PP) Laurent Louis sur le «permis à points de la nationalité», Mischaël Modrikamen, président du PP, tient à rappeler la position du parti sur les questions liées à la citoyenneté.

 
1.   Le migrant s’adapte aux règles du pays qu’il rejoint et non l’inverse. Le PP rejette donc les «accommodements raisonnables» prônés par le rapport des Assises de l’Interculturalité.
     
2.   Devant les flux migratoires incontrôlés, le PP est favorable à un moratoire sur l’immigration, le temps de réaliser une étude sur l’impact de cette dernière sur la Belgique.
     
3.   Les conditions d’octroi de la nationalité, mais aussi d’entrée sur le territoire (notamment par regroupement familial), doivent être renforcées. Par ailleurs, les délinquants étrangers peuvent, dans certaines circonstances, faire l’objet d’expulsion. Dans certains cas très précis , la déchéance de nationalité peut être prononcée pour les Belges naturalisés notamment en cas d’atteinte à la sécurité publique ou crimes d’une certaine gravité.
     
4.   L’idée d’une nationalité à obtenir ou à perdre sous forme de «points» est une piste de réflexion (exprimée par notre député sur Facebook), par rapport à ce qui est pratiqué dans d’autres pays.
     
5.   Notre député jouit du plein et entier soutien du PP, du Bureau politique et de ses membres.
     
6.   Le PP s’indigne de la manipulation journalistique faite sur le site de RTL Info visant à faire croire que le PP «condamnerait son député». C’est contraire à toute déontologie. Tout journaliste normalement informé sait que tant Mr Aernoudt que Mme Noiret ont été relevés de toutes fonctions au PP et exclus du parti depuis août 2010. Ils ne représentent donc plus qu’eux-mêmes.
     
7.   Le PP est convaincu qu’une large partie de la population belge partage ces préoccupations et aspire à une politique plus responsable, tout en étant respectueuse des droits fondamentaux.