IMMIGRATION

IMMIGRATION

La Belgique a pour tradition d’être une terre d’accueil. Elle doit le rester pour ceux qui s’imprègnent de nos valeurs et qui sont intégrés au sein de la population active. Elle doit aussi rester généreuse pour les véritables victimes de persécutions dans le monde. Elle peut encore accueillir ceux qui veulent contribuer sincèrement à la prospérité commune.

TOUTEFOIS, LE MIGRANT DOIT S’ADAPTER AUX REGLES DU PAYS HOTE ET NON L’INVERSE.

S’il n’accomplit pas l’effort de l’assimilation, il sera perçu avec méfiance. Les chiffres sont aujourd’hui alarmants : 72 % des Belges pensent que la politique d’immigration est un échec et 94 % de nos concitoyens estiment que l’immigration est trop importante. Ils ont raison !

L’explication tient en deux constats : le nombre trop important d’immigrés entrés légalement et illégalement ces dernières années et le refus d’accepter nos valeurs par une minorité de ceux-ci !

LE MULTICULTURALISME EST UN ECHEC, comme le reconnaissent d’ailleurs des dirigeants comme Cameron ou Merkel. Ne pas traiter en profondeur les problèmes liés à l’immigration, c’est risquer de provoquer le rejet inacceptable de tous les immigrés qui ont fait l’effort de s’intégrer, partagent nos valeurs et contribuent à la prospérité du pays. Etre laxiste face aux revendications islamistes d’un autre âge, c’est trahir la confiance de ces milliers d’hommes et de femmes d’origine musulmane qui aspirent à se fondre dans nos valeurs et en réclament la protection.

Officiellement, il n’y a plus d’immigration de main d’œuvre sans qualification depuis le 8 août 1974. C’est passer sous silence les principaux facteurs d’accroissement des populations étrangères : la natalité et le regroupement familial quasi illimité.

Cette forme d’immigration est non souhaitée et subie. De nombreuses femmes et hommes, non qualifiés, souvent ne parlant pas notre langue, rejoignent notre pays, sans possibilité, ni parfois volonté de trouver un travail. Cela a un coût pour les citoyens belges et les étrangers qui contribuent à notre bien-être collectif.

L’IMMIGRATION NON DESIREE ENTRAINE UNE CHARGE ANNUELLE QUI PEUT ETRE EVALUEE A 7 MILLIARDS € QUE NOTRE PAYS NE PEUT PLUS SUPPORTER

La Belgique, en pleine crise financière, économique et sociale, ne peut plus se permettre d’absorber des immigrants improductifs. La Belgique est en pleine phase de croissance démographique. Une telle nouvelle témoigne en principe du bien-être et du dynamisme d’une population qui a envie de croître et de prospérer.

Seule l’immigration de masse explique pourtant comment le pays est passé à 10,91 millions d’âmes, soit 78.500 personnes en plus en un an. La Belgique a connu en dix ans une entrée nette de 500.000 migrants, soit 4,5 % de la population. Un quart de la population belge a aujourd’hui un parent étranger. Dans le même temps, de nombreux belges de souche quittent le pays !

PROPOSITION N°1 – RESTRICTION IMMEDIATE DE L’IMMIGRATION NON EUROPEENNE

Si rien ne change, entre 30 et 50 % de la population sera d’origine étrangère en 2060. Dans certaines villes, telles Bruxelles ou Verviers, nous assistons à une véritable substitution de population.

L’IMMIGRATION DOIT ETRE STRICTEMENT CONTROLEE AFIN DE PERMETTRE AUX MIGRANTS QUI SE SONT INSTALLES SUR NOS TERRES DE S’ASSIMILER AUX VALEURS ET CROYANCES QUE DES HOMMES ET DES FEMMES, PENDANT DES MILLIERS D’ANNEES, ONT CONTRIBUE A FAÇONNER

Le laxisme que nous constatons depuis trente ans a conduit au communautarisme, au délitement du tissu social, et au repli sur soi identitaire. Les conditions du regroupement familial dépendent de l’Europe et des Etats nationaux quant à certaines modalités d’application.

LE PP ENTEND FAIRE RENFORCER CELLES-CI AU NIVEAU EUROPEEN, AVEC LES PARTIS QUI DEFENDENT LES DROITS DES PEUPLES D’EUROPE, ET FAIRE AMENDER LA LOI BELGE EN VUE DE RENDRE LES CONDITIONS DE REGROUPEMENT FAMILIAL, NOTAMMENT EN TERME DE CAPACITE FINANCIERE, BEAUCOUP PLUS STRICTES.

C’est déjà le cas aux Pays-Bas, en Norvège, au Canada, en Australie, etc.Les flux migratoires par regroupement familial doivent être strictement limités et réservés à ceux qui ont des revenus suffisants issus d’un travail et non dépendant uniquement de la sécurité sociale.

La politique de regroupement familial doit être strictement limitée aux obligations internationales souscrites par la Belgique.

Actuellement, 40.000 migrants familiaux, soit la moitié de l’augmentation de la population belge, rejoignent, chaque année, notre pays qui se place ainsi au huitième rang en terme de législation favorable, essentiellement en provenance du Maroc et de la Turquie.
Après cinq ans de présence sur notre territoire, près de la moitié n’a de surcroît toujours pas d’emploi et près d’un couple sur cinq s’est ensuite séparé.

L’écart entre le taux d’emploi chez les autochtones et les allochtones est en Belgique de 28 %, contre 10,5 % dans la moyenne européenne.

PAR AILLEURS, LES MARIAGES BLANCS, GRIS OU MEME FORCES DOIVENT ETRE SANCTIONNES PAR LA PERTE IMMEDIATE DE NATIONALITE TANT DE CELUI QUI A PU EN BENEFICIER QUE DE CELUI QUI L’A FAVORISE, S’IL EST LUI MEME D’ORIGINE ETRANGERE

S’il entend être ferme vis à vis de l’immigration, le Parti Populaire entend également lutter contre toutes les formes de racisme et d’exclusion, inacceptables dans une société moderne et démocratique.

PROPOSITION N°2 – STATUER DANS UN DELAI DE TROIS MOIS POUR LES PROCEDURES D’ASILE, RECOURS INCLUS

Des dizaines de milliers d’illégaux se sont installés sur notre territoire ces dernières années. La Belgique doit néanmoins accueillir avec générosité les véritables réfugiés politiques et religieux qui sont persécutés dans leurs pays d’origine, mais écarter sans hésitation, dans un délai court, les “faux réfugiés” économiques qui doivent être reconduits systématiquement aux frontières.

Il est profondément inhumain de laisser dans l’attente d’une décision des individus qui doivent construire ou reconstruire leur vie. C’est pourquoi il importera de statuer dans un délai beaucoup plus rapide, trois mois maximum, que ce n’est le cas pour le moment.

LE PP VEILLERA A UNE EXECUTION SYSTEMATIQUE DES “O.Q.T.”, ORDRES DE QUITTER LE TERRITOIRE QUI SONT AUJOURD’HUI RAREMENT SUIVIS D’EFFET. LE PP S’OPPOSERA FERMEMENT A TOUTE POLITIQUE DE REGULARISATION DES SANS PAPIERS QUI CREE DES APPELS D’AIR INCESSANTS POUR L’IMMIGRATION ILLEGALE.

PROPOSITION N°3 – LES PRESTATIONS COMPLETES DE SECURITE SOCIALE (ALLOCATIONS DE CHOMAGE, CPAS, …) DOIVENT ETRE RESERVEES A CEUX QUI ONT CONTRIBUE PAR LEUR TRAVAIL AU BIEN-ETRE COMMUN PENDANT AU MINIMUM DEUX ANS

Seuls 40 % des personnes d’origine non européenne travaillent. L’immigration opportuniste en vue de profiter de la sécurité sociale belge, doit être supprimée. Les immigrés ne peuvent ni bénéficier de l’aide sociale, ni bénéficier du chômage sur simple présentation de documents étrangers, trop souvent frauduleux. La générosité de la Belgique est évidemment tentante pour les habitants du tiers-monde. Toutefois, c’est notre propre modèle qui se trouve menacé de faillite.
L’immigration doit impérativement être conditionnée aux besoins de l’économie, et tout immigrant devra apporter la preuve de sa capacité et de sa volonté d’intégration (connaissance correcte d’au moins une des langues nationales, casier judiciaire vierge, connaissance des fondamentaux de la démocratie, en particulier des implications de la Convention européenne des droits de l’Homme). Les citoyens ont été choqués, il y a quelques années, lorsque des illégaux ont été logés dans des hôtels ou obtenaient des astreintes judicaires de 500 €/jour. Le coût de l’opération se chiffrait en dizaine de millions € pour le contribuable.

PROPOSITION N°4 – INSTAURATION D’UN BOUCLIER SOCIAL GARANTISSANT AUX BELGES LES MEMES DROITS SOCIAUX QUE CEUX ACCORDES AUX ETRANGERS

Une telle pratique ne peut plus se reproduire. Par ailleurs, le Parti Populaire est favorable à l’instauration d’un bouclier social au terme duquel les citoyens belges pourront toujours revendiquer, à circonstances analogues, des droits sociaux équivalents à ceux accordés à des résidents d’origine étrangère. Il est inacceptable de constater que des étrangers qui débarquent d’un pays lointain se voient parfois accorder des avantages sociaux (et notamment un accès au logement) auxquels la population de souche ne peut prétendre, sauf à s’astreindre à des listes d’attente interminables.

Les étrangers ou belges naturalisés depuis moins de dix ans qui commettent des délits graves, qui abusent de notre système social ou qui menacent le vivre ensemble par leurs revendications extrémistes, doivent être privés de la nationalité belge quand ils la détiennent, conformément à l’article 23 du code de la nationalité. Les procédures doivent être systématiquement engagées par les parquets à cet effet et les étrangers déchus expulsés. Le pays a été dernièrement la cible de nombreuses attaques, dont celles proférées par Belkacem. L’homme et tous ceux qui agissent dans son sillage ne reconnaissent d’autres lois que celles de la sharia, encouragent le port du voile intégral, crachent sur notre identité, en appellent à la violence, traitent les policiers de chiens ou de nazis.

PROPOSITION N°5 – APPLICATION SYSTEMATIQUE DES PRINCIPES DE DECHEANCE DE LA NATIONALITE DEJA PREVUES DANS LA LOI

Les étrangers ou belges naturalisés depuis moins de dix ans qui commettent des délits graves, qui abusent de notre système social ou qui menacent le vivre ensemble par leurs revendications extrémistes, doivent être privés de la nationalité belge quand ils la détiennent, conformément à l’article 23 du code de la nationalité. Les procédures doivent être systématiquement engagées par les parquets à cet effet et les étrangers déchus expulsés.

PROPOSITION N°6 – EXPULSION DES DELINQUANTS ET PRECHEURS DE HAINE ETRANGERS

Pour se prémunir de toute contagion, la seule solution qui s’impose, malgré la pusillanimité de nos responsables politiques actuels, est de les expulser du pays. Les dispositions légales le permettent dans de nombreux cas.

LE PARTI POPULAIRE VEILLERA A UN RENFORCEMENT DE LA LOI SUR LE SEJOUR, L’ETABLISSEMENT ET L’ECARTEMENT DES ETRANGERS AFIN DE RENDRE CES EXPULSIONS POSSIBLES DANS UN NOMBRE DE CAS ELARGI

 

PROPOSITION N°7 – REVISION DE LA LOI SUR LA NATURALISATION

La question du vivre ensemble n’est ni celle de la couleur de la peau, ni celle de l’origine, mais celle de la citoyenneté et de la responsabilité. L’immigration n’est envisageable que si elle est limitée pour ne pas créer de déséquilibres ; conditionnée par une acceptation de nos valeurs, de nos us et coutumes, de notre culture et de notre législation ; destinée à accroître le bien-être commun par le travail des nouveaux immigrants. Celui qui émigre vers notre société doit également accepter nos valeurs: laïcité des institutions, égalité homme/femme, égalité des droits et obligations, respect des autres, etc. Celui qui émigre chez nous le fait en connaissance de cause et doit s’adapter.

POUR DEVENIR BELGE, IL FAUT IMPOSER DES CONDITIONS RIGOUREUSES: DIX ANNEES DE RESIDENCE MINIMUM, SANS ETRE A LA CHARGE DE LA SECURITE SOCIALE BELGE

LE SUIVI D’UN PARCOURS D’INTEGRATION DOIT EGALEMENT ETRE OBLIGATOIRE (connaissance d’une de nos langues, de nos valeurs et institutions). LA PERSONNE QUI ASPIRE A ETRE BELGE DOIT EGALEMENT SIGNER UN ENGAGEMENT ECRIT COMME QUOI IL S’ENGAGE A RESPECTER NOS VALEURS.

La nationalité ne se brade pas : devenir belge doit être un privilège et une source de fierté. Des années durant, les responsables au pouvoir ont vanté la société multiculturelle. Lorsqu’il leur est apparu que la cohabitation de personnes d’origines diverses n’était pas aussi aisée qu’ils ne voulaient bien l’affirmer, ils ont inventé l’interculturalité.

Dans ce nouvel univers, les accommodements raisonnables ont la cote : repas halal servis à la cantine des écoles, horaires aménagés dans les piscines, cours rendus facultatifs, port du voile dans les administrations et jours fériés à la carte, la liste des accommodements raisonnables est longue à souhait et ne manquera pas de s’étendre. Le résultat en serait le recul de la laïcité en même temps que le retour en force du religieux, le repli des individus sur leur groupe d’origine renforçant le communautarisme et la négation des progrès reconnaissant l’égalité entre les individus.

LE PARTI POPULAIRE S’OPPOSE FERMEMENT AUX ACCOMODEMENTS DITS « RAISONNABLES »!

PROPOSITION N°8 – REFUS DES ACCOMMODEMENTS « RAISONNABLES »

Des années durant, les responsables au pouvoir ont vanté la société multiculturelle. Lorsqu’il leur est apparu que la cohabitation de personnes d’origines diverses n’était pas aussi aisée qu’ils ne voulaient bien l’affirmer, ils ont inventé l’interculturalité. Dans ce nouvel univers, les accommodements raisonnables ont la cote : repas halal servis à la cantine des écoles, horaires aménagés dans les piscines, cours rendus facultatifs, port du voile dans les administrations et jours fériés à la carte, la liste des accommodements raisonnables est longue à souhait et ne manquera pas de s’étendre. Le résultat en serait le recul de la laïcité en même temps que le retour en force du religieux, le repli des individus sur leur groupe d’origine renforçant le communautarisme et la négation des progrès reconnaissant l’égalité entre les individus.

PROPOSITION N°9 – INTERDICTION DES SIGNES DISTINCTIFS DANS LA FONCTION PUBLIQUE, DANS L’ENSEIGNEMENT ET DANS LES ENTREPRISES

Les fonctionnaires communaux doivent être jugés sur la qualité de leur action au service des citoyens et soumis à une évaluation stricte.
Les hommes et les femmes qui accueillent les citoyens aux guichets représentent l’Etat ou la commune et doivent donc aussi afficher une neutralité irréprochable dans l’exercice de leur mission, ce qui signifie qu’ils ne peuvent arborer aucun signe distinctif.
Sans des règles strictes sur la neutralité, chaque individu se croira autorisé à partager publiquement ses préférences religieuses, politiques, philosophiques, culturelles, sexuelles ou folkloriques. Cela témoigne d’un manque de sérieux, mais aussi d’une mainmise d’intérêts communautaires et particuliers sur un Etat neutre sinon laïc.

Le Parti Populaire est également favorable à l’interdiction des signes religieux distinctifs dans l’exercice des fonctions politiques et dans l’enseignement. Des règles claires et générales doivent être édictées à cet effet. Enfin, le Parti Populaire est favorable à une interdiction généralisée des signes religieux distinctifs dans les entreprises privées afin d’éviter de nombreux conflits, notamment avec les employeurs.

PROSPOSITION N°10 – LUTTE CONTRE TOUTES LES FORMES DE RACISME, EN CE COMPRIS LE RACISME ANTI-BLANCS

Aucune forme de racisme n’est plus acceptable qu’une autre et le Parti Populaire entend lutter contre toutes les formes de racisme et de discrimination.
Cette lutte néanmoins ne doit toutefois pas devenir l’outil d’un chantage ou de critique facile d’un refus à l’embauche ou d’une difficulté rencontrée.
Surtout, un tel combat doit également englober le racisme qui touche les Belges de souche. “Sale flamand”, “sale belge”, “sale feuj” (juif), “sale blanco”, les insultes contre les blancs de peau fusent aussi dans certains quartiers. Toute forme de racisme doit être énergiquement combattue !