Enthousiasme et confiance au meeting du Parti Populaire à Charleroi

JournalLe Parti Populaire a vraiment touché le coeur des gens, de tous les gens, de Monsieur et Madame tout le monde lors de ce beau congrès de fin de campagne à Charleroi.

Les yeux étaient écarquillés, les haleines retenues, les sourires francs pour accueillir tous ceux qui le 25 mai feront la victoire autour du président Mischaël Modrikamen, candidat dans le Hainaut.

Cet enfant de Charleroi qui y retrouvait sa ville natale était accueilli par une salle comble et enthousiaste à la Géode à Charleroi. Décidé et volontaire, Mischaël Modrikamen a laissé parler l’ensemble de son équipe, convaincu que le Parti Populaire constitue un team performant et prêt à aller à la victoire dans une semaine.

Lorsque les orateurs abordèrent les 3i: immigration, insécurité, impôts, la foule s’enflamma à plus d’une reprise lorsque des injustices flagrantes furent dénoncées: plus de droits sociaux pour les étrangers que pour les belges, situation kafkaienne pour nombre d’indépendants mis sur la paille par un Etat socialisant, gabegie des institutions publiques wallonnes…Et de très nombreux autres dysfonctionnements qui furent mis en lumière.

La rupture se fera aussi le 25 mai par la liberté d’expression, tant bafouée par les media aux ordres dans notre pays. Luc Trullemans, qui fut victime de cette censure médiatique annonça que s’il est élu au Parlement Européen, ainsi que sa seconde de liste Patricia Petrons, ils siègeront  dans le même groupe que les eurosceptiques britanniques du UKIP.

Mischaël Modrikamen eut une réponse virulente à Benoît Lutgen qui avait eu l’inélégance de traiter le Parti Populaire de parti fascisant. Il rappela avec justesse qu’il était petit-fils de déporté disparu à Auschwitz et fils de résistant. Au Parti Populaire, l’extrême droite ne passe pas.

Une longue ovation enthousiaste envers les candidats courageux clôtura ce meeting très réussi.

ABRAHAM L.