Dexia : Ceux qui jouent au pompier ont pris une part importante dans le déclenchement de l'incendie

 07.10.2011 | COMMUNIQUE DE PRESSE DU PARTI POPULAIRE

 

Ce démantèlement annoncé vient au demeurant confirmer une autre évidence, maintes fois clamée en 2008. Il était préférable de scinder Dexia et garder Dexia Belgique, tout comme Fortis Banque dans le giron belge. C’est le contraire qui fût fait.

En effet, tout comme Fortis Bank NL était la cause première des problèmes de liquidité de Fortis, l’absence de funding par des dépôts locaux de la branche française de Dexia, est une des causes majeures des difficultés de financement du groupe Dexia et de sa fragilisation.

Aujourd’hui, l’intérêt supérieur du pays commande d’ancrer Dexia Belgique et d’en faire une banque de dépôt saine et solide, au service des collectivités, de l’industrie et des particuliers belges. Cet ancrage doit se faire en coopération et dans le respect des actionnaires actuels.

Le PP rappelle qu’il est tout aussi urgent de réinstaurer une séparation claire et obligatoire entre l’activité de dépôt/prêt des banques et toute activité spéculative de marché. Il faut en revenir aux saines pratiques instaurées en 1934 qui ont été abandonnées par le régulateur bancaire ces dernières années. C’est à ces conditions seulement que les déposants pourront retrouver pleine confiance dans leurs banques.

C’est en effet le laxisme régulatoire conjugué à l’absence de vision globale et prudente sur l’activité de ces groupes, qui ont amené les grandes banques belges au bord du gouffre. La responsabilité de la FSMA (ex CBFA) et de la BNB et des politiques dont ils dépendent est clairement engagée sur cette question.

Ceux qui jouent aujourd’hui les pompiers, ont pris une part importante dans le déclenchement de l’incendie, indique M. Modrikamen, président du PP.