COMMUNIQUE DE PRESSE: Position du Parti Populaire sur les intercommunales

Le Parti Populaire est intervenu par voie de communiqué, pour demander que le secteur des intercommunales soit assaini, comme les partis au pouvoir, et singulièrement le PS s’y étaient engagés. en Région wallonne.

Il s’agit avant tout:

– d’en restreindre drastiquement le nombre,

– de légiférer pour supprimer toute possibilité pour une intercommunale de créer une filiale privée qui échappe au contrôle de la tutelle, comme cela se vérifie, hélas, dans la nébuleuse Publifin

– Nethys

– de limiter les mandats des administrateurs et leurs rétribution

– d’organiser un contrôle de la tutelle qui soit enfin efficace.

 

L’incapacité du ministre Paul Furlan, responsable des pouvoirs locaux, à effectuer le moindre progrès depuis 2009, réclame comme l’a demandé l’opposition, la démission du ministre en question.

En ce qui le concerne, le Parti Populaire a obtenu la possibilité de siéger dans les intercommunales, là où il a des conseillers communaux. Le président du Parti Populaire, Mischaël Modrikamen, a demandé expressément à la tutelle et aux intercommunales la possibilité de désigner d’autres personnes que les élus communaux pour assister aux conseils d’administration d’intercommunales, en vue de répartir les mandats. Cela a été refusé.

Les deux élus  communaux du PP, Ruddy Waeselinck (Frameries) et Bruno Berrendorf (Verviers) siègent donc dans un grand nombre d’intercommunales depuis peu de temps. Ils y consacrent près de 20 soirées par mois pour tenter de comprendre et contrôler les structures.

Le Parti Populaire estimait notamment essentiel d’être présent au CA de Publifin. Lorsque Bruno Berrendorf a demandé d’obtenir des éléments chiffrés sur certaines filiales, il lui a été répondu que ce n’était pas possible.

M. Berrendrof siège dans 16 intercommunales et au Conseil communal de Verviers. Il est rétribué pour 3 de ces mandats, les autres sont gratuits. Le total des revenus mensuels que représentent l’ensemble de ces mandats rémunérés (en ce compris le conseil communal) ne dépasse jamais 400 EUR/mois.

M. Ruddy Waeslinck siège dans 9 intercommunales ou régie, au conseil communal et dans deux commissions communales. Plusieurs de ces mandats sont gratuits. Ses émoluments totaux ne dépassent jamais 400 EUR/mois. Les déplacements pour se rendre aux réunions et l’étude des dossiers ne sont évidemment pas remboursés ou rémunérés.

Le Parti Populaire estime essentiel de demander des comptes sur la gestion souvent opaque de ces intercommunales. C’est la raison de la présences des élus du PP aux réunions de très nombreuses intercommunales. Cela ne change en rien la ligne du parti qui veut en supprimer un maximum.