Baromètre politique : montée du PTB et du PP…

En début de semaine est paru le baromètre LaLibre/RTBF/Dedicated qui révèle quelques points intéressants.

Le sondage a été effectué par Dedicated à un moment où l’activité politique était normale ; entendez sans les hurlements de Madame Onkelinx au parlement ou qu’un dossier belge brûlant soit à l’ordre du jour. Que faut-il en retirer ?

Le Parti Socialiste en passant de 32% des voix, lors des dernières élections, à 28,7% (mars 2015) et 29,7% aujourd’hui crée l’évènement. En effet il est assez rare de voir le premier parti de Belgique francophone et le premier parti d’opposition au fédéral descendre de la sorte. Pourquoi cette chute ? Les explications ne manquent pas… Laurette Onkelinx a peut-être fini par crever les tympans des électeurs fatigués de ses crises d’hystérie au Parlement.

Ou les wallons commencent-ils peut-être à comprendre que le PS, après des années de promesses non tenues, n’a fait que plonger la région dans un profond marasme économique et social. Mais c’est un peu court. Cette chute du PS est probablement due au fait qu’Elio n’est plus Premier ministre dans un pays où le fédéral montre son importance bien plus grande que les parlements régionaux « tenus » par le PS. Les équipes régionales du PS sont médiocres et doivent appliquer l’austérité. Mais surtout le clientélisme du PS est desservi par cette entrée dans l’opposition au fédéral, d’autant que clairement le gouvernement parvient à fonctionner sans eux…

conference_presse_ppElio Di Rupo, craignant de voir son parti chuter encore plus bas, se vautre dans la démagogie et vient de promettre, si son parti revient au pouvoir, qu’il ramènerait l’âge de la pension à 65 ans.

Le MR reste stationnaire, ce qui est remarquable alors qu’il a choisi de collaborer avec la NVA en tant que seul parti francophone au fédéral. Le Centre Démocrate Humaniste continue, lui de chuter sans surprise. À 14,3%, lors du dernier baromètre, il se retrouve à 12,8% des intentions de vote. Benoît Lutgen, le 28 mai 2014, avait ressorti à la presse la devise des chasseurs ardennais : « Résiste et Mords ! ». Il semble qu’aujourd’hui, le président du CDH n’a plus les dents assez longues pour mordre qui que ce soit. Parti de plus en plus marqué à gauche, parti de l’immigration, le CDH déroute ses électeurs chrétiens traditionnels qui commencent à comprendre – enfin – que le CDH n’est plus le PSC.

Ecolo, quant à lui, ne parvient pas à revenir à la barre des 10%. Le belge francophone a vu le b… qu’Ecolo a fait dans le dossier énergétique et n’apprécie pas de se voir imposer des éoliennes par centaines dans les plus beaux endroits… pour rien. Les Verts remontent difficilement dans les sondages et se font dépasser par le PTB qui passe de 5,5% (mai 2014) à 9%. La démagogie sociale du PTB fait merveille…

barometre

 

Et le Parti Populaire ?

Le PP obtient aujourd’hui 4,6% des intentions de votes ! Une progression de plus d’un %, la plus belle progression avec le PTB. Aucun journaliste n’a daigné lui accorder une ligne dans un article. Ils ont préféré parler du FDF qui est pourtant bien en-dessous avec 2,9%. Il n’y a malheureusement rien d’étonnant dans cette omission quand on sait que 56% des journalistes belges se déclarent de gauche et 27% se réclament du centre[1]. Une moitié des journalistes francophones belges sont proches d’Ecolo, ce qui ne correspond pas du tout au profil du belge francophone. Pas étonnant que les tirages des journaux s’effondrent, sauf ceux de Sud-Presse.

Le Parti Populaire remercie tout de même La Libre (S. Tassin) pour son petit paragraphe à son sujet en clôture de commentaire, mélangeant le PP avec l’extrême droite et autre « magma de partis populistes ». A l’heure où le mot d’ordre est : « pas d’amalgame », La Libre n’a pas l’air d’avoir compris la leçon…

En conclusion, le Parti Socialiste et le CDH dégringolent de manière significative, sans parvenir à capitaliser sur leur opposition au gouvernement. L’extrême gauche communiste (le PTB) dépasse Ecolo qui tente, tant bien que mal, de se remettre des dernières élections. Le FDF stagne à Bruxelles et a fait un score dérisoire en Wallonie. Il parait qu’il va « changer de nom » ; ce faisant Maingain va perdre son dernier capital-sympathie à Bruxelles. Le Parti Populaire, lui fait une nette remontée. Mais ne soyons pas dupe, ce ne sont que des sondages et nul ne peut savoir ce que les électeurs feront dans les isoloirs.

La presse officielle a décidé de ne pas parler du PP ? Qu’à cela ne tienne… Qui aurait pu prévoir la victoire de David face à Goliath…

Luc Rivet & Raphaël Van Nieuwenhuysen

 

[1] « Le journaliste belge en 2013 : un autoportrait » de Karin Raymaeckers et co.